L’Aibo de Sony se vend comme des petits pains

Cloud

La nouvelle version d’Aibo, le chien robot de Sony, fait un malheur. Il s’en est vendu plus de 40 000 exemplaires depuis son lancement le 16 novembre dernier. Soit presque autant que son grand frère en un an.

Il a suffi de quelques jours pour que la seconde version d’Aibo se vende aussi bien que la première sur un an. Depuis son lancement le 16 novembre dernier, Sony Corp. a annoncé avoir enregistré, à ce jour, 40 000 commandes du ERS-210, nom de code du petit frère d’Aibo, le chien robot de la firme. Alors que “seulement” 45 000 exemplaires de la première version du canidé à moteurs auraient été vendues depuis sa sortie en 1999.

Il ne remue pas la queue mais prend des photos

Aibo 2 permet, selon son fabricant, d’exprimer la joie et la tristesse, la colère et la surprise, la peur et l’antipathie, sous forme d’un “langage tonal” (sons et mélodies), corporel et lumineux (la queue et les yeux clignotent). Et une nouvelle panoplie “d’extras” permet de le faire jouer, danser, etc. Bref, ce chien plus vrai que nature, qui peut même vous prendre en photo (une par jour) grâce à ses yeux-caméras, coûte la modique somme de 11 800 francs, sans compter les modules optionnels mais quasi indispensables aux nouvelles fonctions. Sony compte en produire 60 000 exemplaires par mois.

Et dire que des centaines de vrais chiens à poils attendent désespérément un hypothétique maître derrière les grilles des refuges de la SPA…

Pour en savoir plus :

Le site d’Aibo


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur