L’AluBook se vendra-t-il ?

Mobilité

Les derniers PowerBook, désormais baptisés AluBook, sont théoriquement les fers de lance d’Apple qui a prédit une année 2003 sous le signe des portables. Problème : les machines arrivent au compte-gouttes, voire pas du tout. Ce retard à l’allumage compromet-il leur carrière ? Réponses contrastées : certains prédisent la fin de la carrière du Titanium sous leur impulsion, d’autres constatent un regain d’intérêt pour le vénérable prédécesseur.

“J’étais prêt à me payer l’un des tout nouveaux portable d’Apple. Et le PowerBook 12 pouces faisait mon affaire avant que je constate qu’un certain nombre d’atouts lui manquaient. Pas de mémoire cache N3 en mesure de booster les performances, pas de port DVI pour écran plat additionnel, pas de port PC-Card bien que la plupart des portables professionnels en dispose, je pense que je vais finalement attendre une prochaine version pour acheter”, souligne un potentiel acquéreur anonyme. Et certains comparatifs ne lui donnent pas tort. Ceux de Macspeedzone, notamment, indiquent clairement que l’absence de cache de niveau 3 pénalise le petit portable, de 10 à 12 % moins rapide que le Titanium, lui aussi cadencé à 867 MHz (jusqu’à 30 % dans certains domaines d’utilisation). De quoi régler le sort de l’AluBook 12 pouces ? Pas vraiment : selon le responsable des ventes produit d’Apple France, les commandes du petit portable ont dépassé les attentes. Il faut dire que le mini PowerBook éveille l’intérêt. Il est examiné sous toutes les coutures, les articles fleurissent sur la Toile et les commentaires fusent. Il est généralement considéré comme très attractif et très bien positionné en termes de prix. Il semble plaire : les premiers exemplaires ont été livrés et certains fanatiques s’en donnent à coeur joie, le démontant jusqu’à la dernière vis, histoire d’en connaître le moindre secret. Pour exemple, ce groupe d’utilisateurs japonais, Kodawarisan, qui montre en images les différentes étapes d’une opération à coeur ouvert de la machine. Remarque la plus souvent enregistrée : le nouveau venu ressemble fort à l’iBook. Dan Gillmor, de SiliconValley.com, pense même qu’il s’agissait initialement de l’iBook G4 tant attendu, tardivement transformé en PowerBook…

Le modèle 17 pouces semble faire mouche, lui aussi : les candidats à son adoption sont sous le charme de son magnifique écran, du clavier, de la finition et des performances annoncées. Pourtant, personne n’a encore réellement vu quoi que ce soit : le modèle n’est pas encore sorti des lignes de fabrication et seules quelques exemplaires de préproduction apparaissent çà et là. Un retard ? La rumeur veut qu’il nécessite des modifications de dernière minute. Changement du type de mémoire vive, problèmes avec le moniteur… On s’attend à voir apparaître la bête dans les magasins fin février ou début mars et, sur l’Apple Store, il n’est toujours pas prévu avant 5 à 7 semaines. Le temps nécessaire au lancement d’une version 15 pouces de l’AluBook ? Difficile à croire. Pourtant, nombre d’utilisateurs qui attendent le renouvellement de l’actuel milieu de gamme se laissent aller à ce rêve éveillé. Cela prouverait-il que le Titanium a perdu de son crédit auprès des consommateurs ? Pas selon Apple France. D’après la filiale française, les ventes du Titanium seraient, au contraire, reparties dès la présentation des nouvelles machines. Alors, allez y comprendre quelque chose… Désaveu ou attentisme forcené ? Mystère ! Les réactions sont contradictoires et les pronostics restent ouverts. Titanium, AluBook, et si les deux séries avaient tout pour harmonieusement coexister ? C’est ce qu’Apple semble vouloir nous dire. Si la Pomme voit juste, les ventes de ses portables pourraient, toutes gammes confondues, vraiment s’envoler.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur