L’AMI d’Albert recherche en langage naturel

Cloud

La multiplication des documents disponibles sur un intranet nécessite une gestion rigoureuse si l’on veut les exploiter au mieux. De ce fait, les moteurs de recherche semblent promis à un bel avenir. La société Albert, récemment arrivée en France, commercialise son logiciel d’indexation et de recherche d’informations. Une solution qui permet d’effectuer des recherches en langage courant, voire approximatif.

La société Albert a réussi à obtenir 23 millions de dollars, étalés sur trois levées de fonds, pour développer sa solution de recherche et d’indexation de documents. Près d’un an après, soit courant 2001, la solution est lancée en Suisse avant d’être commercialisée aux Etats-Unis, en Angleterre, et en France début novembre 2001. Alors que la déclinaison du moteur de recherche Google en entreprise (voir édition du 13 février 2002) a été très médiatisée, l’arrivée quelques mois auparavant de la société Albert est passée quasiment inaperçue. Pourtant, la solution Albert Meaning Interpreter (AMI) semble présenter de réels avantages.

“Nous avons réellement développé ce logiciel avec, dès le départ, une orientation utilisateur”, explique Philippe Albert, directeur commercial chez Albert France. Ainsi, la solution offre la possibilité aux utilisateurs d’effectuer des recherches approximatives comprenant même des erreurs dans l’orthographe de la requête. Les utilisateurs peuvent ainsi exprimer leurs requêtes dans leur langage usuel. Par ailleurs, AMI dispose d’une capacité d’apprentissage automatique qui lui permet de gérer des profils personnalisés et d’optimiser la pertinence de ses réponses au gré des utilisations. L’affichage de la requête se veut lui aussi simple. AMI trie et classe les résultats avant de fournir une synthèse pertinente et individualisée.

Deux solutions sont d’ores et déjà disponibles. AMI Enterprise Discovery s’adresse aux entreprises, notamment pour fournir un moyen de recherche sur leur intranet. Il fournit aux collaborateurs d’une entreprise un unique point d’accès aux systèmes d’information. Il est aussi possible, en option, d’ouvrir la recherche non plus uniquement sur l’intranet, mais aussi sur le Web. AMI est capable d’indexer des documents de types Word, Excel, PowerPoint, HTML, PDF. Il laisse en revanche les e-mails de côté. La société assure toutefois qu’il sera possible d’indexer des informations contenues dans Lotus Notes dès le deuxième trimestre 2002. A la différence de Google Search Appliance, AMI n’est pas facturé en fonction du volume de documents à indexer, mais en fonction du nombre de postes connectés. La société Albert estime n’avoir qu’une limite théorique de 7 millions de documents indexés. AMI Enterprise Discovery est commercialisé à partir de 50 000 euros HT pour un intranet de 1 000 postes.

Un outil d’aide à la relation client

L’autre solution vise plus particulièrement les particuliers au travers de sites Internet. Website Access est “un système de recherche d’information qui associe un logiciel d’optimisation de requêtes avec un index documentaire de haut niveau. Le logiciel, dans ce contexte, va s’appuyer sur les documents de l’entreprise et les rendre directement accessibles pour ses clients en ligne”. Cette approche, explique Albert, permet de limiter les effectifs affectés à la gestion de la relation client. Les sites Internet devraient par ailleurs être intéressés par cette solution. D’ailleurs, le FAI Free fut l’un des premiers à collaborer étroitement avec Albert. La tarification de cette solution est calculée en fonction du nombre de visiteurs sur le site. Ainsi un site comptant moins de 650 000 visiteurs uniques par mois devra s’acquitter de 40 000 euros HT.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur