L’anonymat en ligne selon No Logs Network

Mobilité

Comment protéger ses données personnelles et propos émis en ligne ? Tout simplement en surfant sur des sites ne stockant pas les données de connexion. No Logs Network invite ainsi les administrateurs de sites Web à ne pas enregistrer les logs de leurs visiteurs.

Surfer de façon anonyme, telle est l’ambition que vise le site américain NoLogs Network, ouvert au début du mois d’avril 2003. Comment ? Simplement en s’appuyant sur la bonne volonté des acteurs du réseau. No Logs Network ne propose en effet aucune solution technique, logicielle ou autre, pour cacher les données personnelles de l’utilisateur ? et particulièrement l’adresse IP. Il préfère établir, comme son nom l’indique, un réseau constitué d’hébergeurs, de sites Web ou encore d’administrateurs réseaux qui s’engagent à ne pas conserver de traces de connexions (logs) et autre données personnelles. Concrètement, cet engagement consiste à se référencer auprès de No Logs Network qui fournit en échange deux types de logos à afficher sur le site Web et qui diffèrent par leur fond (noir ou blanc) et leur texte. Le premier promet de ne pas enregistrer les adresses IP tandis que le second assure ne pas stocker les données de connexion. A l’internaute, ensuite, de choisir les sites qui respectent son anonymat.

“Il n’existe pas de vraie liberté d’expression sans la liberté de parler anonymement”, expliquent dans leur FAQ (foire aux questions) les resposables de No Logs Network pour justifier leur démarche. “Le droit à l’anonymat est solidement implanté dans les sociétés démocratiques, particulièrement aux Etats-Unis. Il n’y a aucune raison pour que ce droit ne s’applique pas aux internautes”, poursuivent les auteurs. Si le droit à l’anonymat peut apparaître comme une notion discutable, No Logs Network rappelle également qu’il “n’existe pas de liberté d’information sans accès anonyme à cette information”. Et de rappeler que, parmi d’autres, les “gouvernements tyranniques” comme les “responsables marketing trop zélés” sont les premiers à exploiter les données personnelles de connexion.

Principe de confiance

Concernant la protection de la propriété industrielle ou intellectuelle plus ou moins garantie par la possibilité de retrouver les auteurs d’un vol électronique grâce aux logs, No Logs Network avance que les adresses IP liées à ce type d’attaques ne nécessitent pas une rétention longue des données et que les fournisseurs d’accès, notamment, peuvent identifier des attaquants sans avoir à stocker les adresses IP de tous leurs visiteurs. Propos là encore discutables mais il est vrai que les hackers constituent une partie infime de la population des internautes.

Pour le moment, une douzaine de sites adhèrent à la charte de No Logs Network qui avoue n’avoir ni les moyens ni l’intention de vérifier le respect de leurs engagements. Le réseau de No Logs Network repose donc sur le principe de confiance. Naïve ou un peu trop optimiste, son initiative permet pour le moins de rappeler que, sur le Web, le surf anonyme est une illusion.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur