L’ASP au coeur de la réflexion d’entreprise

Cloud

Quelles fonctions de l’entreprise faut-il externaliser ? Peut-on tout externaliser d’un seul coup ? Des questions abordées à la Semaine Européenne des Technologies de l’Information (SETI), notamment lors d’une conférence sur les nouvelles formes de gestion de l’entreprise. Et les solutions ASP y ont tenu bonne place…

La SETI (Semaine Européenne des Technologies de l’Information) qui se déroule en ce moment à la porte de Versailles à Paris, ouvrait son rendez-vous annuel par une conférence intitulée “Les nouvelles formes de gestion de l’entreprise”. Outre l’abolition des frontières entre back office et front office, l’ASP impose évidemment une profonde mutation des habitudes de gestion de l’entreprise. Ce concept de location d’applications, bien que naissant, devrait toucher toutes les applications d’une entreprise, estime Alain Richet, PDG de Virtual Computer, un ASP “pure player”, c’est-à-dire dont c’est le seul métier. “Les PME souhaitent aujourd’hui aller vers le ‘tout-ASP’ jusqu’à bien sûr externaliser leur ERP. Pour le moment, ce sont les applications de type front office qui s’externalisent le plus souvent, mais les applications de type back office commencent à trouver un certain écho auprès des sociétés. Sabine Lissajoux, directeur produit d’eFront, cite d’ailleurs à titre d’exemple la gestion des notes de frais qui rencontre un très large succès outre-Atlantique. Pour autant, Sabine Lissajoux estime que la problématique n’est pas au niveau back office ou front office, mais plutôt en fonction de la nature des applications, lesquelles touchent principalement aujourd’hui les services liés au nomadisme du personnel.

Toutefois, si les acteurs ASP sont unanimes sur les avantages du mode locatif (réduction des coûts, optimisation des ressources, concentration sur son coeur de métier…), Eric Sabatier, DG d’Intraline, société de conseil et d’intégration des technologies Internet, juge effectivement qu’il est encore trop tôt pour évaluer les limites du modèle ASP. Toujours est-il, que le concept évolue d’ores et déjà, puisque nombre d’éditeurs et de spécialistes le destinaient au monde des PME. Selon les acteurs présents à cette conférence, le modèle ASP se déclinerait finalement très bien pour les grands comptes. Le PDG de Virtual Computer estime toutefois que cela ne devrait pas concerner les applications stratégiques des grandes entreprises, mais seulement un certain nombre d’applications moins importantes. L’enjeu, explique Alain Richet, est de désencombrer le réseau interne des entreprises.

Les places de marché pour les échanges interentreprises

Autre point abordé, les places de marché, que les entreprises devront intégrer dans leur système d’information et qui viennent bouleverser la logique EDI. Les acteurs présents à la conférence “Nouvelles formes de gestion de l’entreprise” estiment en effet que l’échange de données point par point est finalement assez complexe face à l’utilisation d’une place de marché. “L’EDI est une tentative de travail collaboratif, mais ce n’est pas un réel succès”, rappelle Eric Sabatier. La place de marché permet un réel échange interentreprise et cela en temps réel.

A l’heure où les places de marché poussent comme des champignons, se pose le délicat problème de qui va en être le responsable. Une solution, avancée lors de la conférence, serait de faire appel à une société tierce qui proposerait alors la place de marché en mode ASP. La boucle est bouclée.

Lire aussi l’interview de la semaine :La sécurité, nouveau thème pour le salon SETI


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur