L’ASP investit le salon Externaliser 2001

Mobilité

Le salon Externaliser 2001 ouvre ses portes au Cnit du 21 au 23 novembre. Ce rendez-vous professionnel est l’occasion de faire le point sur l’externalisation dont la composante ASP commence à s’imposer de plus en plus. D’ailleurs, le salon fait cette année la part belle à ce secteur, même si celui-ci a bien du mal à se faire une place au soleil.

Le salon sur l’externalisation, qui se déroulera du 21 au 23 novembre au Cnit, Paris la Défense, intègre cette année véritablement un espace dédié aux ASP ainsi qu’un autre relatif aux contenus. L’édition précédente avait déjà tenté de s’ouvrir sur l’ASP en créant un espace pour les acteurs de ce marché. Malheureusement, seules deux sociétés s’étaient déplacées. Cette année, le salon devrait accueillir près de 50 exposants de ce secteur particulier. “Les ASP présents sur le salon viennent non seulement présenter leurs offres mais aussi montrer leurs clients. C’est vrai que le marché prend son temps pour décoller, mais certains acteurs comment déjà à percevoir les retombées économiques”, déclare Patrick Miliotis, l’organisateur de ces rendez-vous.

Le profil des sociétés ASP présentes sur le salon devrait avoir quelque peu changé depuis l’amorçage de l’ASP, il y a deux ans à peine. Les acteurs ont commencé à se repositionner vers des offres plus ciblées et surtout ayant une réelle valeur ajoutée. De plus, l’ASP qui, à l’origine, devait concerner essentiellement le marché des PME, s’oriente très clairement vers les grands comptes. Ceci a pour conséquence immédiate d’attirer sur ce secteur les grandes SSII, ce qui ne veut pas dire que les PME seront absentes de ce marché. Mais selon Patrick Miliotis, les PME sont généralement lentes à adopter le principe de l’externalisation quel qu’il soit et auront donc de ce fait plus de mal à se tourner vers l’ASP.

L’externalisation consiste à confier la totalité d’une fonction ou d’un service de l’entreprise à un prestataire spécialisé. Celui-ci fournit alors la prestation en conformité avec le niveau de service, de performance et de responsabilité spécifiés. En revanche, l’ASP (application service provider ou fournisseur d’applications hébergées), né avec les nouvelles technologies, administre et délivre des solutions au travers d’un réseau de télécommunications (WAN).

L’ASP, une composante de l’externalisation

Le salon – qui reste toutefois principalement dominé par l’externalisation en général, l’ASP étant considéré uniquement comme une composante – devrait accueillir plus de 200 exposants et rassembler environ 8 000 visiteurs. Il se décompose en douze départements : Gestion multiservices – Facilities Management, e-Achat, Fonction informatique-infogérance, Fonction logistique, Fonction financière-administrative et comptable, Fonction ressources humaines, Fonction télécoms, Gestion et maintenance des utilités industrielles, Gestion des flottes automobiles, Gestion des services généraux, Fonction Vente marketing et communication et Fonction Etudes et conseil. Au niveau des applications, ce sont les télécommunications qui restent encore la grande tendance pour cette année. “En même temps que les télécommunications deviennent de plus en plus complexes, elles deviennent un élément clé de l’entreprise. Externaliser cette application, c’est aussi externaliser le risque de se tromper”, explique Patrick Miliotis.

Enfin la troisième composante, à savoir les contenus, intègre pour la première fois le salon. “Les technologies de streaming, de compression de données ainsi que l’Internet mobile (SMS, Wap, PDA?) ouvrent désormais la voie vers de nouveaux types de contenus et d’usages. Le salon est là pour présenter toutes ces nouveautés”, conclut Patrick Miliotis.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur