Le bi-G4 n’impressionne pas tout le monde

Mobilité

Le bi-processeur pour le prix du mono-processeur est-il intéressant ? C’est en substance la question que posent nombre de spécialistes. Et leur réponse est sévère : c’est non !

Parmi les nouvelles machines présentées par Steve Jobs la semaine dernière figure un nouveau G4 doté en standard pour ses versions haut de gamme, de deux processeurs. Le prix de ces Mac, qui disposent d’une puissance de traitement dédoublée, reste le même. Les caractéristiques techniques sont impressionnantes. Reste que de nombreux analystes pensent que cette sortie n’est rien d’autre qu’une tentative d’Apple pour masquer la faiblesse de ses stratégies matérielles et logicielles.

“MacOS ne fait rien de la puissance fournie par le second processeur, et la plupart des applications pour le Mac n’utiliseront pas la deuxième puce”, a affirmé Peter Glaskowsky, analyste chez MicroDesign Resources. “Mac Office, qui a aussi été présenté en fanfare lors du show mercredi, ne sait même pas qu’il y a un second processeur. En plus, nous nous attendions à des annonces de fréquences d’horloge plus élevées, ainsi que l’ont annoncé précédemment les fournisseurs de processeurs”.

“Si les logiciels ne peuvent pas utiliser les deux processeurs, il s’agit donc d’une astuce marketing”, indique Judith Hurwitz, du Groupe Hurwitz, un spécialiste du développement d’applications et des solutions de commerce électronique. “Cela indique que les ingénieurs de la partie matérielle ont tenu leurs délais, alors que pour la partie logicielle, ce n’est pas le cas”, ajoute Chris Le Tocq, un spécialiste du Gartner Group, une firme axée sur les stratégies technologiques. “Imaginez que vous vous occupiez du matériel : il est prêt ! Que faites-vous ? Vous attendez que MacOS X soit paré ? Non “!

Toute la polémique est donc là ! La guerre de la vitesse et de la puissance fait rage aux Etats-Unis, et le fait qu’Apple, et surtout Motorola, plafonne à 500 MHz semble désemparer les spécialistes. Motorola a bien annoncé des puces G4 à 700 MHz en octobre dernier et on s’attendait à ce que le seuil des 600 MHz soit franchi. Les griefs se portent également vers le retard de MacOS X, annoncé en mai dernier à la conférence des développeurs et dont une version bêta publique sera livrée début septembre, tandis que la version commercialisée n’apparaîtra qu’en janvier prochain. En attendant, les services de MacOS sont très limités en ce qui concerne le multi-processing. Et ne concernent que certaines applications sur certains calculs, dans certaines conditions d’utilisation.

Mais Apple a-t-elle eu tort de proposer ces machines, comme semblent l’affirmer les différents spécialistes cités ? Il faut bien noter que la gamme Apple de G4, telle qu’elle est équipée aujourd’hui va rester proposée ainsi au moins jusqu’en janvier prochain, date du salon Macworld de San Francisco, si ce n’est jusqu’en juillet 2001. Les machines présentées sont donc celles qui feront tourner en premier MacOS X, dont les services multi-processeurs sont des plus solides, ainsi que les applications carbonisées, qui prendront avantage du traitement des deux processeurs. La période des six mois qui restent jusque-là est déterminante pour le développement de nouvelles applications utilisant à plein les fonctionnalités du nouveau système d’exploitation ainsi que ses facultés au multi-processing.

Avec l’entrée en milieu de gamme du G4 cube et le maintien d’un G4 à 400 MHz, les choix d’Apple se tiennent et les réactions des analystes semblent démesurées. Quel que soit leur équipement, les machines haut de gamme d’un constructeur se sont toujours adressées à un public restreint, avide de puissance. Puis, petit à petit, le prix des technologies baisse et celles-ci se fondent dans les autres gammes. Le multi-processing n’est peut-être pas pour tout le monde aujourd’hui, mais, qui sait, il sera peut-être devenu la norme dans deux ans. Qui dira alors qu’Apple avait tort ?

Pour en savoir plus :

* Le Gartner Group (en anglais)

* Le Hurwitz Group (en anglais)

* Le nouveau PowerMac bi-processeur (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur