Le Brésil est mûr pour Linux

Cloud

Pour IBM, le Brésil est, parmi les pays émergents, le plus à même d’adopter Linux. Sont principalement visés les secteurs de la banque, de la grande distribution et les services publics.

IBM lance une offensive au Brésil dans le but d’encourager les entreprises à utiliser Linux et les logiciels libres. IBM vise plus spécifiquement certains secteurs de l’économie brésilienne comme les banques, la grande distribution ou encore les services publics, auxquels il compte proposer d’équiper les guichets automatiques comme les distributeurs de billets. IBM estime en effet que le Brésil est, des pays émergents, celui qui est le plus mûr pour tirer profit d’une offre associant logiciels, matériels et prestations de service. Des offres similaires devraient être proposées à l’avenir dans des pays comme la Chine, l’Inde ou la Russie.

Des motivations économiques et politiques

Dans le cas du Brésil, une motivation d’ordre politique est à l’oeuvre : l’adoption de Linux permet en effet de s’affranchir de la dépendance vis-à-vis d’un fournisseur américain, en l’occurrence Microsoft. D’autre part, les responsables politiques estiment que la quasi-gratuité de Linux est de nature à favoriser l’émergence d’une industrie logicielle locale. Bénéficiant d’une position de quasi-monopole dans les pays développés, où Linux ne constitue pas vraiment une menace pour Windows sur le marché des postes de travail, Microsoft tient clairement à affirmer sa présence dans les pays émergents. Gageons que face aux initiatives d’IBM ou d’autres sur ce terrain, l’éditeur ne restera pas les bras ballants.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur