Le BRM optimise la gestion des flux financiers

Mobilité

Répondant aux nouvelles contraintes des grandes entreprises concernant la sécurisation des flux financiers, le BRM (‘Banking Relationship Management’) permet une vision globale des créances clients, de la trésorerie, des risques financiers et des paiements.

Après l’ERP (Enterprise Resource Planning), le CRM (Customer Relationship Management) ou encore le SCM (Supply Chain Management), un nouvel ensemble de solutions apparaît depuis peu, le BRM. Le Banking Relationship Management est l’ensemble de solutions permettant le suivi des flux financiers. Selon Jean-Pierre Roumilhac, Président du Directoire de XRT-CERG, le nombre important de client disséminés aux quatre coins de la planète est un facteur de risque tant au niveau de fraude, de solvabilité que de paiement et les besoins de visibilité, de “traçabilité” et de contrôle de la chaîne des flux financiers affectent toutes les entreprises. “Dans le contexte de commerce électronique Business-to-Business, le BRM permet alors une vision globale des créances clients, de la trésorerie, des risques financiers et des paiements, le tout dans un environnement totalement sécurisé de la chaîne des flux financiers internes et externes à l’entreprise”, explique Jean-Pierre Roumilhac. Et de certifier que le BRM unifie les banques, les clients, les fournisseurs et les partenaires. Par ailleurs par le passé, “les entreprises devaient soit développer des interfaces pour chaque banque, en utilisant des logiciels individuels de communication bancaire pour répondre aux exigences de chacune d’entre elles, soit limiter leurs relations bancaires à quelques banques ayant des interfaces compatibles avec leurs systèmes de trésorerie”, commente encore Jean-Pierre Roumilhac.Pour en savoir plus : XRT-CERG


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur