Le chinois ChangHong s’invite sur le marché français des téléviseurs

Cloud

ChangHong fait une incursion remarquée sur le marché français. Fort d’accords avec Carrefour et Auchan, le géant chinois de l’électroménager compte accaparer 5% des parts du marché des téléviseurs.

Les télévisions ont le moral en berne, mais ChangHong n’en a que faire. Le deuxième plus grand producteur chinois ouvre une filiale en France et mise sur des écrans LED 3D aux prix agressifs pour s’octroyer 5% du marché.

ChangHong affiche un sobriquet peu connu des Européens. Sa présence sur le Vieux Continent s’accentue pourtant avec une fulgurance qui n’a d’égal que ses ambitions.

Seulement dépassé par Hisense, ce spécialiste de l’électronique déclare pour 2010 un faramineux chiffre d’affaires de 4,46 milliards d’euros (un tiers rien qu’avec ses postes TV), réalisé essentiellement en Chine, en Malaisie et au Vietnam.

Mais il s’exile progressivement pour tenter en parallèle l’aventure européenne. En témoigne l’ouverture récente d’une usine d’assemblage à Prague.

Passé par la Slovaquie, la République Tchèque et l’Allemagne, ChangHong investit désormais l’Hexagone avec des prétentions nettes et sans bavure.

Dans un premier temps, nous visons les 5 % de parts de marché. Ce sera une première étape“, annonce Winson Wang, directeur général de la branche européenne.

Pour remplir cet objectif, le constructeur, qui fabrique lui-même les dalles d’affichage entrant dans la composition de ses écrans, devra écouler près d’un demi-million de ses TV 3D.

Une bonne moitié sera vendue sous marque blanche, en partenariat avec Auchan et Carrefour. La liste pourrait s’allonger de quelques grands noms de distributeurs tels que But et Conforama.

A raison de 240 euros par appareil, les premières prévisions tablent sur 100 000 ventes, soit 1,2% des parts de marché, pour un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros.

Une broutille face à la concurrence coréenne (LG, Samsung) et japonaise (Sony, Panasonic), mais un premier pas selon ChangHong.

Pour l’heure, nous ne sommes pas directement concurrents avec ces marques. Nous souhaitons apporter de la bonne technologie à des prix plus faibles“, explique Winson Wang.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur