Le CNRS, Sophia Antipolis et Orange scrutent “les oreilles du futur”

Cloud

Les trois acteurs viennent de monter un laboratoire commun dédié aux nouvelles générations d’antennes.

Quelles antennes pour le futur ? Vaste sujet de recherche au regard de la multiplication des terminaux numériques et du développement de l’Internet des objets et des systèmes communicants.

Ainsi, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Université Nice-Sophia Antipolis et Orange Labs ont inauguré le Cremant (pour Centre de recherche mutualisé sur les antennes). Les protagonistes soulignent qu’il s’agit du premier pôle de recherche commun entre une unité mixte CNRS / Université et France Telecom-Orange.

Comme son nom l’indique, il a vocation à fédérer les compétences et les moyens entre les chercheurs issus de ses trois structures pour développer la R&D dans ce domaine. Les travaux porteront sur la nouvelle vague d’antennes orientées technologies sans fil, sur puces, “intelligentes”, capteurs pour la santé…

Cinq axes de recherche ont été déterminés : modélisation et la simulation électromagnétique, miniaturisation et l’intégration d’antennes sur puce, systèmes multicapteurs, multi-antennes, antennes à base de matériaux artificiels, ingénierie de l’e-santé.

Des passerelles seront également mises en place entre le pôle de compétitivité “Solutions communicantes sécurisées” (SCS) mais aussi la plate-forme “Conception” du Centre intégré de micro-électronique Provence-Alpes-Côte d’Azur (CIM PACA) ainsi que le Campus STIC de l’Université Nice-Sophia Antipolis.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur