Le code de Windows bientôt en source libre ?

Cloud

Quelques heures à peine après le lancement officiel de Windows 2000, Bill Gates aurait dit être prêt à rendre public une partie du code source de Windows, sans préciser de quelle version il s’agissait. Microsoft a rapidement démenti.

En pleine négociation avec la Justice américaine pour savoir si, oui ou non, Microsoft devait être divisé en plusieurs entités indépendantes, la polémique à propos du code source de Windows reprend de plus belle. Cité par l’agence d’informations Bloomberg, Bill Gates aurait indiqué qu’il était prêt à rendre libre une partie du code source de Windows si cela permettait d’aider au règlement à l’amiable du procès anti-trust que subit Microsoft. La notion de code source libre consiste à le rendre accessible à tous et, surtout, de donner la possibilité au développeurs de le modifier. L’éventualité a effectivement souvent été envisagée, mais jamais le fondateur de Microsoft ne s’était prononcé en sa faveur. Immédiatement après la parution de cette nouvelle, le firme de Redmond a vivement démenti les termes cités, indiquant simplement, c’est le discours officiel, que “Microsoft ferait tout son possible pour obtenir un arrangement”

Il n’empêche, la question est d’importance et reflète surtout la montée de la tension autour du procès. En effet, depuis que le Juge Jackson a tranché en faveur du gouvernement en déclarant qu’effectivement Microsoft avait abusé de sa position dominante (voir édition du 8 novembre 1999), Microsoft fait tout son possible pour ne pas voir son empire éclater. Et, selon l’avocat qui a défendu les intérêts des 19 états américains ayant poursuivi Microsoft, “si Gates est sérieux, je pense qu’il s’agirait d’un développement significatif qui mériterait de plus amples discussions entre les parties”. Autrement dit, l’idée séduit.

Microsoft est encore sûrement loin d’en arriver à une telle extrémité. En tout cas, on imagine aisément le tremblement de terre que cela représenterait. Certains éditeurs pourraient, par exemple, distribuer leur propre version de Windows, un peu à la manière des distributions Linux qui ne referment pas toutes les mêmes fonctions. Mais à la différence de Linux, il resterait tout de même toujours une version officielle signée Microsoft. Et finalement, une majorité de consommateurs préféreraient certainement continuer à se fier à la marque de l’éditeur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur