L’e-commerce, toujours florissant en temps de crise

Marketing

Paradoxe au coeur d’une crise économique qui occasionne un recul de la consommation, le commerce électronique affiche une forte progression sur le troisième trimestre 2011.

Paradoxe en temps de crise, sur le troisième trimestre 2011, le e-commerce poursuit son ascension vers les sommets alors que la consommation des ménages est en baisse de 3,5%, selon la Banque de France.

L’étude menée à ce sujet par la Fédération du E-commerce et de la Vente A Distance (FEVAD) a impliqué 90 000 sites marchands.

Elle accouche de conclusions édifiantes, malgré une issue prévisible : les Français ont hérité d’un réflexe, ou d’un syndrome, c’est selon.

Ils sont en effet de plus en plus nombreux à faire leurs achats sur Internet, des simples courses alimentaires au shopping occasionnel, objet de cette enquête conduite sur le cours du troisième trimestre calendaire.

Mais de cette fièvre généralisée (12% d’adeptes supplémentaires, pour un cumul de 30,4 millions d’individus) ne découle pas pour autant une explosion du budget moyen, qui plafonne aux alentours d’un panier moyen de 90 euros par transaction.

Ce remarquable sursaut (+23% sur un an) des ventes en ligne résulte essentiellement du facteur quantitatif sus-mentionné, portant à 37 milliards d’euros le revenu global généré sur l’année.

A condition que le dernier trimestre se conclue en accord avec des auspices qui laissent présager d’un rush sans précédent lors des fêtes de Noël, avec un cumul de 7,4 milliards d’euros investis par voie électronique (un peu plus de 6 milliards en 2010).

En parallèle, le contingent des sites d’e-commerce approche des 100 000 membres, un seuil vraisemblablement dépassé à l’horizon 2012, sur un rythme de croissance évalué à près de 25% par an.

En dépit de leur démultiplication, les acteurs de ce marché florissant réalisent un chiffre d’affaires cumulé en hausse de 10% en rapport à la même période sur l’exercice précédent.

Premier bénéficiaire de la montée en puissance de l’Internet, notamment mobile (5% du trafic) et des nouveaux concepts qui lui sont liés, le secteur de l’habillement affiche une forte progression à +13%.

Le tourisme en est à +16%, quand la technologie se cantonne à un chiffre (+7%).

 

Crédits photo : © iQoncept – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur