Le dégroupage poursuit son déploiement en France

Mobilité
Information - news

L’ART recense 730 000 lignes dégroupées au 1er juillet, exploitées majoritairement dans le cadre du dégroupage partiel. Parallèlement, Free étend son réseau en fibre optique.

Le dégroupage entre dans une phase industrielle avec une cadence de déploiement en rapide progression. Selon le dernier pointage réalisé par l’Autorité de régulation des télécommunications (ART), 730 720 lignes téléphoniques étaient dégroupées au 1er juillet 2004. La très grande majorité d’entre elles ont fait l’objet d’un dégroupage partiel (717 654, soit un nombre multiplié par 2,5 en un an), les 13 066 lignes restantes étant exploitées dans le cadre du dégroupage total. L’ART se félicite du développement du dégroupage mais son influence reste moindre : en l’état actuel, ce processus ne concerne qu’une toute petite partie des 30 millions de lignes téléphoniques recensées en France.

L’ART a publié une carte du dégroupage qui permet de voir sa progression sur le territoire. Il reste encore des vastes zones non couvertes dans le centre et l’est de la France. Des régions montagneuses comme les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence restent privées de services télécoms dégroupés. La Corse et les départements et territoires d’outre-mer sont également écartés de ce processus.

De nouvelles offres de services à venir

Au cours du premier semestre 2004, la quasi-totalité des opérateurs télécoms alternatifs et des fournisseurs d’accès Internet français ont présenté des offres de services multiplay (Internet, téléphone, télévision) en suivant les traces du précurseur Free. Dès la rentrée, on devrait assister à une bataille rangée entre groupes Internet autour d’offres de services haut débit innovantes. Une stratégie de nouveaux services sur laquelle le duo France Télécom/Wanadoo compte se démarquer.

En parallèle, les chantiers se poursuivent pour étendre des réseaux dégroupés en vue de toucher une part plus large de la population française. A ce propos, le groupe Iliad a annoncé le 16 juillet une extension “significative” de son réseau en fibre optique. La maison mère de Free a commandé des ressources de cohabitation dans 602 répartiteurs de France Télécom (dont 540 seront raccordés en fibre optique). Elle a également renforcé ses liens avec le groupe Neuf Télécom, qui est à la fois FAI grand public et grossiste IP/ADSL, pour assurer un maintien des IRU (Indefeasable rights of usage, droits irrévocables d’usage) contractualisés pour la location de fibres. L’ensemble de ces nouveaux accords représente un investissement de 60 millions d’euros pour la période 2004/2005.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur