Le difficile lancement du Cyrix III en France

Mobilité

VIA Technologies lance le Cyrix III à 700 MHz. La société, qui vise les machines d’entrée de gamme, a bien du mal à s’imposer en France. Des accords avec des intégrateurs de la grande distribution et une montée en volumes de la production devraient permettre de relancer le Cyrix sur le sol hexagonal.

VIA technologies vient d’annoncer la sortie du Cyrix III 700 MHz. Il succède au Cyrix III 667 MHz dont il hérite des principales caractéristiques qui composent l’ensemble de la gamme (de 500 à 700 MHz) : mémoire cache de niveau 1 (L1) à 128 Ko, bus système cadencé à 100/133 MHz, support des technologies MMX et 3DNow!, gravure en 0,18 micron pour une surface de 75 millimètres carrés, compatible avec le socket 370… Le Cyrix III 700 est commercialisé 62 dollars pour 1 000 pièces.

VIA vise la grande distribution

Malgré ce tarif attractif, les processeurs Cyrix ont bien du mal à s’installer sur le marché français au point qu’on ne trouve, aujourd’hui, aucune machine dotée du Cyrix III. “Quand VIA a racheté Cyrix à National Semiconductor en 1999, les ventes étaient au point mort”, explique Phil Sydor, responsable des ventes pour l’Europe de l’Ouest, “nous avons donc dû relancer entièrement la stratégie commerciale, notamment en passant de nouveaux accords avec des distributeurs.” En France, seul le Toulousain Bacata assure actuellement l’intégration et la distribution des processeurs Cyrix. VIA est également en discussion avec des OEM comme Unika, Cybox ou Daewoo qui fournissent essentiellement la grande distribution. “Le problème c’est que, jusqu’à présent, nous ne pouvions pas fournir en volumes”, justifie Phil Sydor, “ce qui nous coupait l’accès à la grande distribution qui vend 80 % des machines d’entrée de gamme”, marché que vise VIA pour ce type de processeur. “Les ordinateurs équipés des Cyrix III s’adressent aux particuliers et au marché SOHO qui se limitent à des travaux de bureautique et l’accès au Net pour le courrier essentiellement”. La montée en volumes de la production permettra désormais à VIA de répondre aux exigences des intégrateurs.

Les marchés allemand et anglais bien plus actifs

En Allemagne, et surtout en Angleterre, VIA tire mieux son épingle du jeu avec des configurations à moins de 400 livres (4 000 francs, environ). “On vend beaucoup de configurations équipées de Cyrix MII, notamment”, annonce le directeur des ventes. On trouve effectivement un Patriot MII 400 MHz dans une configuration minimale (10,2 Go de disque dur, 32 Mo de mémoire vive, puce graphique et son intégrées…) pour 320 livres (environ 3 200 francs) auprès des magasins Dixons. Si l’avenir du Cyrix en France est loin d’être assuré, VIA n’en poursuit pas moins les développements du processeur. La gamme Cyrix III devrait évoluer vers une version “Samuel 2” dont les progrès principaux porteront sur le développement d’un cache L2 à 64 Ko (en complément du L1 à 128 Ko) et sur des améliorations dans l’unité de calcul à virgule flottante. Côté fréquence, VIA vise le gigahertz pour juin prochain avec une gravure en 0,15 micron.

Pour en savoir plus : Le site de VIA (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur