Le dispositif de rabattage d’Apple se met en place

Mobilité

La firme à la Pomme entend ouvrir ses 25 et 26e échoppes ce week-end aux Etats-Unis, dépassant ainsi le nombre de magasins prévus initialement pour 2001. Dans le même temps, elle devrait initier le passage au gigahertz de ses machines tout en poursuivant sa méthode pour lier ses solutions logicielles à son matériel. L’arrivée de son Unix pour tous est chargée de consolider l’ensemble.

Les derniers mois donnent un coup d’éclairage intéressant sur la voie empruntée par Apple dans sa quête des 5 % de parts de marché supplémentaires. La firme dispose désormais, ainsi qu’elle l’avait prévu et annoncé (voir édition du 4 septembre 2001) d’un réseau de 24 magasins en dur et devrait disposer de ses 25 et 26e échoppes durant le week-end du 8 au 9 décembre. La situation géographique de ces magasins est à noter : ils sont présents dans 15 états des USA aux abords de 15 conurbations majeures du pays. Deux types de positions ont été ouvertes : des magasins en plein centre commercial d’une part, et des espaces de plain-pied ouverts sur certaines des artères les plus fréquentées des zones concernées. Deux approches distinctes qu’il faudra voir évoluer avec attention car, si les centres commerciaux génèrent bien un trafic de clientèle assuré, la justesse du choix des rues commerçantes reste à démontrer. Apple compte d’une part sur sa nouvelle présence dans les centres commerciaux pour “capturer” une nouvelle clientèle, mais aussi sur une vague de produits qui devrait être sans précédents. Aussi bien des produits Apple que des produits tiers, d’ailleurs !

La firme à la Pomme vient de dévoiler coup sur coup toute une série de machines “portables”, professionnelles et grand public. L’iBook et le PowerBook offrent chacun un rapport qualité/prix tout à fait en adéquation avec l’offre actuelle du marché. L’iPod génère à lui seul un flot de curieux venus découvrir ce baladeur d’un nouveau genre, qui a définitivement modifié le paysage des lecteurs MP3, ne serait-ce que parce que certaines firmes commencent à l’imiter. Mais les machines de bureau pourraient être sur le point d’évoluer pour les soldes, entre l’Epiphanie et Pâques ! Il se dit que l’iMac et le PowerMac pourraient bien passer le cap du gigahertz (voir édition du 5 décembre 2001), une barre symbolique qu’Apple n’a toujours pas franchie ! Sa machine professionnelle la plus rapide n’atteint pas les 900 MHz quand sa machine grand public reste à 700 MHz ! Le saut de vitesse devrait s’en ressentir puisqu’on parle de 1 GHz pour le prochain iMac et de 1,3 à 1,6 GHz pour le prochain PowerMac, soit un saut de fréquence allant de 300 à 700 MHz, suivant les machines ! On parle de nouveaux composants matériels notamment dans le domaine du graphisme, qui pourraient changer d’un facteur 10 à 20 l’affichage des Mac. Des surprises sont à prévoir…

Matériels et logiciels intimement liés

De quoi surprendre les acheteurs potentiels d’iTunes, iMovie ou iDVD, les logiciels propriétaires de la marque qui s’appuient très fortement sur la base matérielle de la plate-forme pour fonctionner. Mais les professionnels sont aussi concernés, puisque la puissance de la dernière version de Final Cut Pro (voir édition du 5 décembre 2001), qui fait partie des solutions destinées à maintenir les spécialistes sur Mac, repose de plus en plus sur la cadence du processeur. La valeur du matériel qu’il remplace ne laisse d’ailleurs aucune hésitation, puisque les studios équipés évaluent à plusieurs dizaines de milliers, voire plusieurs millions de francs, l’équivalent matériel d’une solution Apple. Ainsi également d’iTunes dans le domaine grand public, dont la vitesse d’importation de titres d’un CD dépend fortement de la machine utilisée. La tendance à lier les technologies logicielles et matérielles est un penchant dont la firme use et abuse : l’iPod en est sa représentation la plus parfaite, mais la nouvelle version du lecteur de DVD de la firme aussi, puisqu’elle ne peut pas être utilisée sur des Mac non pourvus de prises FireWire ! Un scandale pour de nombreux utilisateurs équipés d’anciens matériels? Egalement une méthode contestable pour pousser les clients à la consommation ? Mac OS X, enfin, peut être considéré comme la pierre de base de cet édifice, l’Unix simple d’utilisation, destiné à faire la conquête de nouveaux clients. Et les éditeurs de logiciels porteront sans doute le coup final, car leurs produits débarquent les uns après les autres sur X. Son arrivée sur les machines en tant que système par défaut devrait modifier le regard du public sur Apple (voir édition du 5 octobre 2001). La société compte donc sur la présence de ses Apple Stores aux Etats-Unis pour capter définitivement une partie de sa clientèle. Le reste du monde ? Il lui faut suivre péniblement sans Apple Store pour le moment. Mais si la méthode fonctionne, on peut s’attendre à en voir s’ouvrir rapidement au coin de la rue. Pour atteindre les 10 % ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur