Le Géoportail victime de son succès dès le lancement

Mobilité

A peine inauguré, le service “Google Earth à la française” était déjà saturé vendredi. Il permettra le survol intégral de la France depuis un PC.

“Vous êtes incroyablement nombreux à vous connecter sur ign.fr, le site de l’Institut Géographique National. En raison de cette affluence, le site est actuellement saturé.” L’inauguration du Geoportail de l’IGN, vendredi 23 juin, a été marquée par un afflux de trafic que l’IGN n’est pas parvenu à maîtriser. Une mésaventure qui n’est pas sans rappeler la récente ouverture en ligne au public des d’archives de l’Institut national de l’audiovisuel (voir édition du 27 avril 2006). Il faudra donc patienter encore pour découvrir ce morceau de bravoure de technologie française.

Qualifié de Google Earth à la française, le Géoportail permet de survoler le territoire français (Corse et Outre-Mer compris) à coup de souris avec une précision de 50 centimètres par pixel (voir édition du 27 février 2006). Outre les vues aériennes, le service fournit des informations environnementales comme les limites des communes, les voix de communication, les plans d’urbanisme, les cartes de prévention des risques ou encore les dénivelés et autres informations géoloqiques. A terme, près de 3 700 cartes “papier” de l’IGN seront disponibles en ligne.

“C’est un progrès pour tous les citoyens, et qui met la France à la pointe des nouvelles technologies”, s’est félicité Jacques Chirac à l’occasion d’une cérémonie d’inauguration à l’Elysée au cours de laquelle le président de la République a assisté à une démonstration, selon l’AFP. “En Europe, nous sommes les seuls à couvrir le territoire national”, a renchéri le ministre des Transports, Dominique Perben qui a inauguré le service en présence de ses collègues Jean-François Copé, ministre délégué au Budget et à la Réforme de l’Etat, et Nelly Olin, ministre de l’Écologie et du Développement durable.

Montant de l’investissement : 6 millions d’euros

Réalisé par l’IGN, Géoportail a bénéficié des compétences du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et de la Direction générale de la modernisation de l’État (DGME). Le budget de réalisation s’élève à 6 millions d’euros environ.

Par ses aspects ludiques et pratiques (services de localisations de commerces, par exemple) accessibles gratuitement, le Géoportail va intéresser le public mais il pourra aussi être exploité par les professionnels, collectivités et associations qui pourront y inscrire leurs propres services.

Aujourd’hui proposé en 2D, le Géoportail devrait évoluer vers une interface en 3D dès le mois d’octobre prochain. Une initiative qui “permettra d’avoir une vision extraordinaire de réalisme du territoire national”, souligne M. Levy cité par l’AFP. “Ce n’est pas de l’image de synthèse. C’est de l’imagerie de nos prises de vue aériennes qui sont drapées sur le relief. C’est la vraie France.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur