Le gouvernement veut mettre le numérique au service des PME et vice-versa

EntrepriseRégulations
seminaire-numerique-gouvernement-jean-marc-ayrault

Dans sa “feuille de route pour le numérique”, le gouvernement érige des passerelles entre innovation et solutions IT pour favoriser la compétitivité des entreprises

Education, santé, travail, transports, loisirs, services publics, expression citoyenne, entreprises…Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présidé aujourd’hui (28 février) un séminaire interministériel sur le numérique à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

Le chef du gouvernement a présenté la nouvelle feuille de route dans ce domaine pour le quinquennat, dans le cadre des objectifs fixés par la “stratégie numérique pour l’Europe en 2020”.

Ce document de référence tourne autour de plusieurs axes. Notamment : “Faire du numérique une chance pour la jeunesse”, “Renforcer la compétitivité de nos entreprises grâce au numérique“, “Promouvoir nos valeurs dans la société de l’économie numérique”…

On trouve les lignes directrices dans le numérique du gouvernement et parfois l’esquisse de mesures concrètes.

Le plan d’action complet sera mis en ligne dans les prochains jours et un deuxième séminaire gouvernemental est d’ores et déjà prévu l’an prochain “pour prendre acte des avancées et tracer de nouvelles perspectives”.

Dans le domaine de la compétitivité numérique et du secteur IT, le gouvernement veut favoriser “le développement de services et de contenus assis sur des infrastructures de qualité”. Il s’agira d’étendre le spectre de la sphère IT avec des “quartiers numériques locaux labellisés” dans une quinzaine de villes ou territoires.

A l’instar de quartiers numériques qui devraient pousser à Paris sous l’impulsion de Fleur Pellerin (ministre en charge des PME, de l’innovation et de l’Economie numérique), des projets similaires devraient pousser sur le territoire national et ces écosystèmes IT de proximité réuniront des professeurs de l’enseignement supérieur, des centres de formation, des laboratoires de recherche, des pépinières de PME, des centres d’innovations, des agences Web et des fonds d’investissement.

Une enveloppe de 150 millions d’euros sera dédiée à la R&D dans des secteurs prioritaires comme les objets connectés et intelligents, les logiciels embarqués, la robotique, les technologies de calcul intensif, le cloud, le big data, et la sécurité des systèmes d’information.

Avec la collaboration du Conseil national du numérique et du Conseil national de l’industrie, “un contrat de filière pour l’industrie du numérique” sera élaboré d’ici la fin de l’année.

En matière de recherche et d’innovation, il est demandé d’élaborer d’ici l’été des “initiatives thématiques stratégiques”, permettant de structurer dans la durée les actions dans les domaines prioritaires décrits ci-dessous.

Pour faciliter l’éclosion de projets innovants, le ministère de l’économie numérique va se doter d’ici fin 2013 “d’un laboratoire à projets numériques” pour travailler avec les collectivités territoriales et avec le laboratoire d’innovation publique (prévu par le Comité interministériel pour la modernisation de l’action publique ou CIMAP du 18 décembre 2012).

Fleur Pellerin va également s’atteler à une “modification des missions” attribuée à la Délégation aux usages de l’Internet.Pour accompagner les PME et les ETI dans l’adoption de solutions numériques pour gagner en compétitivité, le gouvernement va consacrer une enveloppe de 300 millions d’euros de prêts bonifiés.

A destination des TPE, le gouvernement compte activer plusieurs mécanismes de soutien comme le programme Transition numérique (via les réseaux des chambres de commerce et d’industrie et des chambres des métiers et de l’artisanat) et des contrats d’objectifs et de moyens Etat – Régions –  chambres consulaires pour accompagner les petites entreprises “dans l’appropriation des usages du numérique”.

Le volet des infrastructures est connu avec le déploiement de la 4G et de la fibre. Le Président de la République François Hollande avait annoncé la semaine dernière un investissement total de 20 milliards d’euros sur 10 ans pour le déploiement du très haut débit et la création de plus de 10 000 emplois directs.

(Crédit photo : Shutterstock.com – Copyright : Andrei Marincas)

Battle de quiz : Connaissez-vous la fibre optique ? vs  Connaissez-vous la 4G ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur