Le Japon se dote d’un “virus défensif”

CloudSécuritéVirus

Le ministère japonais de la Défense conçoit un virus susceptible de répondre à une grande cyber-attaque. Mais le cadre législatif empêcherait de l’utiliser.

Au Japon, le ministère de la Défense serait en train de développer un virus informatique.

Cette cyber-arme serait capable d’identifier l’origine d’une attaque, d’en traquer les auteurs et de les infecter à son tour pour les mettre hors d’état de nuire.

Le virus aurait déjà été testé dans des “environnements contrôlés”.

C’est le journal Yomiuri Shimbun (article en anglais) qui a révélé fin 2011 l’existence de cette arme.

Selon ses sources, l’outil serait efficace contre les attaques de type DDoS, et contre certain types d’attaques ciblées.

Le projet aurait débuté dès  2008 avec la collaboration de la firme japonaise high-tech Fujitsu.

Le montant dépensé en R&D pour élaborer ce virus  est évalué à 1,8 million d’euros (178,5 millions de yens).

Selon un autre article du même Yomiuri Shimbun, une source anonyme du ministère de la Défense affirme que, malgré le développement de ce virus, l’armée n’a pas le droit de l’exploiter en l’état actuel.

Il faudrait faire évoluer le cadre législatif de la Défense nationale voire réformer la politique globale du pays en la matière.

Dans le courant de l’automne, des collectivités territoriales et le Parlement ont été piratés. Les équipements IT d’ambassades et de consulats japonais dans neuf pays ont aussi été infectés.

Selon Gartner, les dépenses dédiées à la sécurité IT au Japon s’élèveront à plus de 5 milliards de dollars en 2012.

Soit plus que l’ensemble de la zone Asie-Pacifique (4,7 milliards).

 

Comment cette cyber-arme remonte à l'origine d'une attaque informatique. Source : Yomiuri Shimbun.

 

Logo : © maninblack – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur