Le micro-paiement va-t-il décoller avec MPME ?

Cloud

L’Association française du multimédia mobile (AFMM) présente pousse la solution Micro-Paiement Mobile & Enablers, une plate-forme censée faciliter le recours au micro-paiement par les opérateurs, les éditeurs et les clients finaux.

(Correction 21/04/10) L’Association française du multimédia mobile (AFMM), qui regroupe un bouquet d’acteurs intéressés par le développement du marché des services mobiles, pousse la solution Micro-Paiement Mobile & Enablers (MPME).

Cette solution de micro-paiement a une vocation fédératrice : une plate-forme commune à tous les éditeurs permet de facturer les services et contenus multimédia des sites Internet mobile, fixe et des applications.

Une opération censée être menée “en 2 clics”. Le client voit cette facture connexe sur son relevé mensuel de communication émise par son opérateur mobile (Orange, SFR et Bouygues Telecom sont dans la boucle). Par exemple, Orange met déjà cette solution en avant sur son espace Kiosque.

Cela convient pour les services et contenus multimédia des sites Internet disponible via (l’Internet fixe et mobile) et des applications. Et ce, pour des facturations à l’acte (jusqu’à 8 euros) ou à l’abonnement hebdo (jusqu’à 4 euros/semaine) ou mensuel (jusqu’à 10 euros/mois).

L’AFMM souligne la facilité d’intégration de cette solution pour les éditeurs. En février, le groupe Hi-Média a embarqué sur sa soluion de micro-paiement Allopass. Le mois suivant, Cellfish Media a emboîté le pas via sa solution. “Une dizaine d’autres acteurs du marché sont également sur le point de se lancer”, précise l’AFMM.

Le MPME ressemble beaucoup à l’ancien programme Internet Plus pour le règlement de micro-paiement sur des sites marchand et qui rassemblait les principaux FAI du marché au début des années 2000. C’est une nouvelle alternative par rapport à des nouvelles approches pour faciliter la facturation par mobile comme le paiement sans contact (NFC).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur