Le MIT à la sauce européenne ouvre ses portes

Cloud

L’Institut européen d’innovation et de technologie (IET) se veut le nouveau fleuron de la recherche en hautes technologies en Europe.

Le nouveau grand pôle européen en matière de recherche en hautes technologies vient de voir le jour. L’Institut européen d’innovation et de technologie (IET) a été inauguré ce lundi à Budapest, en Hongrie, par le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso.

Ce centre de recherches se veut être le pendant du célèbre MIT (Massachusetts Institute of Technology) américain. Un bon moyen pour retenir les chercheurs et les étudiants de talents, souvent tentés de s’expatrier outre-Atlantique.

Doté d’un premier budget de 308,7 millions d’euros pour la période 2008-2013, l’institut espère tout de même porter son enveloppe à hauteur de 2,4 milliards d’euros d’ici six ans, grâce notamment à des fonds privés et publics… En comparaison, le MIT a disposé d’un budget de près de 2,2 milliards pour l’année 2007.

Vers des pôles de recherche privés-publics

Les programmes de recherche de l’IET prendront la forme de Communautés de la Connaissance et de l’Innovation (CCI), des sortes de réseaux publics/privés, mettant en relation les universités, les instituts de recherche et les entreprises partout en Europe.

Plusieurs axes de recherche sont déjà envisagés tels que le changement climatique, les prochaines générations technologies de l’information et de la communication, et les énergies renouvelables.

Chaque CCI sera choisi sur le principe d’appels d’offres. Les premières de ces Communautés devraient être lancées d’ici début 2010. Elles devront comprendre au moins trois organisations partenaires situés dans au moins deux Etats différents de l’Union européenne.

L’Institut européen d’innovation et de technologie a déjà un comité directeur composé de 18 membres. La France y est bien représentée en la personne de Bertrand Collomb, administrateur et Président d’honneur de Lafarge, et Président de l’Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie (HIEST).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur