Le navigateur d’AOL disponible en version bêta

Cloud

Si le navigateur d’AOL s’appuie sur le moteur de rendu d’Internet Explorer, il s’en distingue par de nombreuses fonctions inédites.

Sur le marché des navigateurs alternatifs (à Internet Explorer de Microsoft, s’entend), AOL pourrait bien venir jouer les trouble-fête. Le fournisseur d’accès vient de mettre en ligne la version bêta (la 0.94), et en anglais, de son propre navigateur en développement depuis de nombreux mois (voir édition du 14 octobre 2004). Ce fureteur basé sur le moteur d’affichage d’IE devrait offrir une alternative enrichie à la solution de Microsoft. Du moins, jusqu’à l’arrivée d’IE en version 7 (voir édition du 3 mars 2005).

Le navigateur d’AOL intégrera nombre de fonctions pour l’heure absentes d’IE 6. A commencer par la navigation par onglets que proposent désormais la plupart des fureteurs du marché. Petit plus : il sera possible d’afficher une miniature du contenu de la page simplement en survolant l’onglet. Un lien vers Windows Update complétera la barre d’outils ainsi qu’un moteur de recherche locale et une fonction antispyware. Enfin, le contrôle des pop-up est également à l’ordre du jour tout comme un lecteur de fil RSS (mais qui, pour l’heure, ne supporte pas la version 1.0 ou RDF).

En passe de gagner son pari

AOL n’a pas officiellement fixé de date de sortie de la version finale de son navigateur. Mais celui-ci pourrait bien venir s’ajouter à la liste des logiciels de navigation qui viennent tailler des croupières à IE et dont Firefox a visiblement ouvert la voie. L’application de la fondation Mozilla a franchi les 50 millions de téléchargements le week-end dernier, selon le site de promotion SpreadFirefox, six mois après le lancement de sa version 1.0.

Les récentes annonces d’une probable version 7 d’IE n’ont donc pas ralenti l’engouement pour le fureteur libre. Le navigateur au panda rouge est désormais crédité de 8,69 % de parts de marché mondiale par OneStat au 27 avril 2005. Soit une progression de 2,8 % par rapport à février (8,45 %). L’Europe semble particulièrement accueillante puisque, XitiMonitor crédite le navigateur alternatif de 13,31 % en Europe (dont 13,37 % en France et jusqu’à 30,9 %, en Finlande). La Fondation Mozilla qui visait les 10 % de part de marché au lancement de son navigateur est donc en passe de réussir son pari.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur