Le Net ne serait pas si dangereux pour les enfants

Mobilité

Aux Etats-Unis, un groupe de magistrats a voulu en avoir le coeur net en mettant sur place une commission d’enquête. Ils ont publié leur rapport.

L’Internet est-il vraiment dangereux pour les enfants? 49 attorney general, des magistrats haut placés aux Etats-Unis (équivalent de procureurs), ont souhaité s’en assurer en mettant sur pied une commision d’enquête relative à la gravité des menaces pédophiles sur les sites de réseaux sociaux comme MySpace ou Facebook.

Conclusion : la menace est faible, selon l’Internet Safety Technical Task Force en charge de l’enquête. De nombreux faits divers malheureux ont créé un sentiment de méfiance de la société américaine envers l’Internet, à l’égard des mineurs.

En février 2008, l’Etat de New York tentait sans succès de passer une loi interdisant l’accès des délinquants sexuels aux sites de réseaux sociaux. Les profils d’utilisateurs mineurs sont automatiquement placés en mode privé sur MySpace et Facebook ; si un adulte souhaite faire partie de la communauté d’amis d’un mineur ou inversement, chacun doit démontrer qu’ils se connaissent dans la vie réelle en fournissant des éléments d’identification comme un numéro de téléphone ou une adresse.

Les conclusions de la commission d’enquête constituent le fruit d’un an d’entretiens avec des universitaires, des experts en protection infantile et des PDG d’entreprises du Web, dont Yahoo, AOL, MySpace et Facebook.

Selon le rapport officiel, les adolescents sont peu sollicités par des adultes malveillants sur Internet. Lorsque c’est le cas, explique le rapport, les enfants sont consentants et/ou présentent déjà des profils à risque (environnement familial dégradé, consommation de drogues…)

Des conclusions qui créent la polémique

“Le rapport prouve que les réseaux sociaux ne sont pas d’horribles endroits sur Internet”, a souligné John Cadillo, l’un des membres de la commission d’enquête. “Ces sites sont comme dans la vie réelle : les gens qui les fréquentent sont majoritairement bien intentionnés.”

Mais les conclusions ne font pas l’unanimité parmi les magistrats. L’attorney general du Connecticut, Richard Blumenthal, estime que le groupe a sous-estimé la menace des délinquants envers les enfants sur Internet : “les enfants sont sollicités quotidiennement sur le Web, certains se font avoir et les conséquences sont tragiques.”

Certains magistrats sont partis en véritable guerre contre les sites de réseaux sociaux, qu’ils accusent de faciliter l’accès à des pédophiles. Plusieurs études montrent que des millliers d’anciens délinquants sexuels sont utilisateurs de MySpace.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur