Le Network Computer pâlit, le client léger revit

Régulations

Présenté comme une alternative au PC, le modèle d’ordinateur Java connu sous le nom de Network Computer n’a pas rencontré le succès escompté. Tout n’est pas perdu, car les clients légers dont les applications sont exécutées sur un serveur central gagnent désormais de plus en plus de terrain.

Le Network Computer est mort, longue vie au client léger ! Tel est le cri qui semble rallier plusieurs constructeurs après l’abandon de leurs initiatives en faveur du Network Computer (NC). Ainsi, Sun Microsystems et IBM ont mis de côté le système d’exploitation “JavaOS for Business” tandis que Lotus, filiale d’IBM, mettait fin au développement d’eSuite, sa suite bureautique pour les machines Java. Ces deux technologies s’appuyaient sur le téléchargement de sessions Java sur le poste client. Or désormais, on préfère se tourner vers l’exécution d’applications au sein des serveurs sollicités par les clients légers.

Lors d’une conférence iForum 99, le constructeur de terminaux Citrix a annoncé qu’il comptait désormais 10 millions d’utilisateurs de ses logiciels pour clients légers. Novell et Compaq ont emboîté le pas et Sun a franchi un pas décisif avec le rachat de l’éditeur Star Division, puis la présentation de l’architecture client/serveur Sun Ray.

Mais pourquoi le modèle serveur pourrait-il réussir là où les clients Java ont échoué ? La réponse tient dans l’infrastructure et la facilité de gestion. Peu de responsables informatique en entreprise étaient prêts à abandonner leurs PC. Rajouter des Network Computer à une infrastructure existante impliquait une réadaptation, ce qui a freiné les ventes de NC et donc l’offre logicielle cristallisée autour de Java OS et eSuite. En outre, pour Gary Barnett, consultant du cabinet Ovum, les utilisateurs acceptent Java tant qu’il reste sur le serveur mais préfèrent Microsoft Office du côté client. Enfin, Java en poste client n’est pas exempt de reproches. Selon Gary Barnett, un grand constructeur automobile européen a tenté de déployé une application Java pour les terminaux de l’entreprise. Il a du l’abandonner par manque de stabilité pour retourner vers un modèle plus sûr? des PC sous Windows.

De l’autre côté, les serveurs semblent capables d’éviter certains écueils, concernant la portabilité notamment. Et en effet, de plus en plus d’entreprises adoptent l’offre WinFrame de Citrix ou son cousin développé par Microsoft, Windows NT 4.0 Terminal Server.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur