Le nouveau chipset P4X266 de VIA supporte l’ATA 133

Mobilité

Le conflit avec Intel autour de la violation de licence d’exploitation du Pentium 4 ne ralentit en rien les développements de VIA Technologies. Le taiwanais propose aujourd’hui le P4X266A, une version améliorée de son chipset dédié au P4 avec support de la mémoire DDR. Cependant, des rumeurs font état de négociations en cours entre les deux producteurs de circuits logiques.

Après le P4X266 (voir édition du 14 août 2001) et le P4M266 (voir édition du 2 novembre 2001), VIA Technologies étend ses solutions de jeux de composants pour Pentium 4 avec le P4X266A. Celui-ci est une version améliorée du P4X266 qui permet au P4 d’Intel, initialement architecturé pour la coûteuse RDRam de Rambus, de gérer la mémoire DDR-SDRam. Le P4X266A dispose notamment d’un nouveau contrôleur mémoire plus performant qui, en supportant jusqu’à douze instructions pipeline, tire profit des 400 MHz de fréquence (4 x 100 MHz) du bus frontal du processeur. Mieux, selon VIA, son chipset permet d’évoluer vers des fréquences de bus plus élevées, à savoir 533 MHz, coupant ainsi l’herbe sous le pied de Rambus. Autre nouveauté, le P4X266A peut être associé au nouveau Southbridge VT8233A compatible ATA 133, supportant ainsi jusqu’à 133 Mo/s pour les périphériques IDE (disque dur, Zip, etc.) et l’USB 2.0 notamment. Le nouveau chipset reste bien sûr compatible avec les précédents Southbridges, à savoir les VT8233C et VT8233, et supporte également l’AGP 4X. Gravé en 0,22 micron par le fondeur TSMC, le P4X266A est vendu à 25 dollars aux fabricants de cartes mères et OEM.

Le constructeur taiwanais lance son nouveau chipset pour P4 alors que ses démêlés avec Intel ne sont pas résolus (voir édition du 10 septembre 2001). Cependant, les deux sociétés se dirigeraient vers un accord à l’amiable où VIA verserait à Intel 2 dollars par chipset pour P4 vendu afin de bénéficier des licences autorisées de fabrication. “Ce sont des rumeurs parties du Comdex où des responsables d’Intel ont été vus en pleine discussion avec WenChi Chen, le président de la société”, explique Christian Olivieri, directeur marketing de VIA France. Aucune confirmation officielle, donc. Pourtant, selon Frank Jeng, directeur marketing aux Etats-Unis, repris par notre confrère ZDNet, VIA aurait passé des accords avec des distributeurs américains (et même européens) sans pour autant les citer. Alors que le P4X266 subit plus ou moins l’embargo des intégrateurs depuis qu’Intel a menacé de poursuites tout acteur travaillant autour du chipset incriminé, il est peu probable que des sociétés américaines prennent le risque de subir des procès, voire des représailles, de la part du premier fondeur mondial. Pour contourner le problème, VIA avait d’ailleurs lancé ses propres cartes mères à travers sa plate-forme VPSD (voir édition du 18 octobre 2001).

Les chipsets pour P4 se multiplient

Par ailleurs, VIA a tout intérêt à rapidement trouver une solution afin d’affronter la concurrence dans les meilleures conditions. VIA n’est en effet plus le seul à couvrir ce marché du chipset pour P4 avec DDR. Il est talonné par le SiS645 de SiS, qui gère notamment la DDR333, et l’Aladdin P4 de ALi. De son côté, Intel s’apprêterait à avancer la sortie, à l’origine prévue pour début 2002, de son composant i845 en version DDR.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur