Le nouveau président du Syntec-Informatique veut créer “un mouvement fédérateur”

Cloud

Guy Mamou-Mani (Groupe Open) succède Jean Mounet (Sopra Group) à la présidence du Syntec informatique. Il a utilisé son blog perso pour défendre sa candidature.

Syntec Informatique a un nouveau président.

La chambre professionnelle des sociétés de conseil et de services informatiques, des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies, vient d’élire Guy Mamou-Mani à sa présidence.

Il succède Jean Mounet, Vice-Président de Sopra Group qui assurait la présidence de Syntec informatique depuis 2003.

Diplômé d’une licence de mathématiques et ancien professeur et actuel co-président du Groupe Open (poste qu’il occupe depuis 2008), Guy Mamou-Mani a assuré auparavant des postes de direction chez CSC-Go International (services IT) et Manugistics (supply chain).

Entre 2006 et 2009, Guy Mamou-Mani a également été président de MiddleNext, association de valeurs moyennes cotées.

Par le biais de son blog personnel, il a défendu sa candidature à la présidence de Syntec Informatique.

“Je voudrais insister une dernière fois sur l’importance du mouvement fédérateur que je compte créer. Petites ou grandes SSII, régionales ou parisiennes, Editeurs Intégrateurs ou Sociétés de Conseil en Technologies, français ou internationaux, nous avons tous un intérêt commun : affirmer le positionnement de l’innovation et des services dans notre pays”, peut-on lire en guise de discours fédérateur.

“Un grand syndicat du numérique, représentant l’ensemble de ces professions et un nombre significatif d’entreprises et de salariés, sera l’outil de promotion de cette vision”, poursuit-il.

Parallèlement, Syntec informatique a renouvelé 11 postes au conseil d’administration, qui compte 30 membres, représentatif du secteur des logiciels et services.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur