Le nouvel eMac G4 n’est plus réservé à l’éducation

Mobilité

Présenté comme l’iMac de l’éducation, l’eMac lui aura été réservé moins d’un mois. La machine, dont la production et la distribution viennent de débuter, est disponible depuis le 4 juin à la vente au grand public. La Pomme dispose désormais d’une gamme s’étageant de l’iMac G3 à l’iMac G4 en passant par l’eMac G4. Problème : les ventes des uns risquent de cannibaliser les ventes des autres. Pour y remédier, Apple joue sur les prix. En cela l’eMac n’est pas toujours une bonne affaire.

L’ordinateur au G4 le moins cher de l’histoire est désormais disponible aussi pour le plus grand nombre. L’eMac, encore considéré comme l’iMac 17 pouces, ne devait être disponible que pour l’éducation (voir édition du 29 avril 2002). Mais au moment même de son entrée en production et de sa distribution, prévue pour juin, Apple décide de le proposer également à ses autres clients. La firme répond en cela à une très forte demande émanant de ses utilisateurs. Comme le déclare Steve Jobs dans le communiqué de presse d’Apple : “L’envie de pouvoir acheter le nouvel eMac est si forte que nous souhaitons leur donner satisfaction. Notre planning de production nous permet de fabriquer suffisamment d’eMac ce trimestre pour répondre à la demande de nos clients éducation et grand public”. L’eMac “grand public” est proposé dans une configuration similaire à celle disponible pour l’éducation à quelques détails près, comme le type de lecteur optique (un lecteur CD-RW) ou l’intégration d’un modem sur tous les modèles. Mis à part cela, l’eMac s’inspire complètement de la génération précédente de tout-en-un à écran cathodique, l’iMac.

Le retour de l’écran cathodique

Et voilà bien où le bât blesse : le lancement de cette machine réintroduit un type d’écran qu’Apple avait retiré de son catalogue en juillet 2001 et que la rumeur avait annoncé dès mai 2001 (voir édition du 4 mai 2001). Pourquoi le réintroduire ? Parce que le marché en a exprimé la demande répondent en substance les relations publiques de Cupertino. L’équation semble plus complexe ! L’eMac grand public vient surtout renforcer les ventes du nouvel iMac G4 dont les responsables de la Pomme sentent qu’elles sont sous une épée de Damoclès qu’ils ne peuvent pas contrôler : la disponibilité de dalles LCD et autres composants. Alors que les problèmes de production sont en train de se régler (voir édition du 3 juin 2002), Cupertino a également bien senti l’intérêt d’une certaine clientèle pour l’eMac. Du coup, la firme se permet de jouer sur cette corde sensible pour initier quelques ventes en plus.

La stratégie commerciale opportuniste d’Apple a de quoi choquer plus d’un aficionado : l’eMac apparaît, soit par son prix, soit par ses fonctionnalités, comme un iMac G3 légèrement amélioré ou comme un iMac G4 édulcoré. Le problème est bien là : en commercialisant l’eMac également pour le grand public, les forces commerciales d’Apple prennent un très gros risque sur l’iMac à écran plat, qui est décliné en deux versions de processeurs de 700 et 800 MHz. L’eMac vient marcher sur les plates-bandes du premier. D’où sa tarification, complètement aberrante : certes l’entrée de gamme se présente comme le G4 le moins cher de l’histoire, mais avec 128 Mo de RAM, il s’agit d’une configuration un peu juste pour faire tourner Mac OS X, son système d’exploitation standard.

Quels clients ?

Alors pour qui l’eMac ? Pour proposer une configuration puissante et peu chère à d’éventuels nouveaux clients regardants sur le prix et moins au fait des caractéristiques que la traditionnelle clientèle Apple. A 1 554 euros TTC, l’eMac s’avère une offre attractive (environ 500 euros de différence avec l’iMac à écran plat). Mais la machine n’est pas proposée avec un lecteur optique Combo (même pas en option), ni de graveur de DVD. Quant à l’augmentation de la mémoire sur le site AppleStore, il s’agit d’un véritable extorsion (près de deux fois le prix trouvé chez les revendeurs Apple, même agréés) ! On comprend bien la logique derrière la formation des caractéristiques de l’eMac : ne pas cannibaliser les ventes de l’iMac G4, en attendant que celui-ci soit mis à jour. Et l’iMac G4 le sera sans doute plus vite qu’on ne le pense. Certainement d’ici à septembre, laissant en cela le champ libre pour une mise à jour des caractéristiques de l’eMac et un meilleur positionnement de son prix. En attendant, l’eMac paraît ne pas être destiné aux clients déjà convaincus par Apple, mais sans doute beaucoup plus aux autres !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur