Le paiement sans contact se déploie sur les parkings de Strasbourg

Marketing

Les services sans contact s’ancrent dans la vie au quotidien des Strasbourgeois, notamment à travers les horodateurs NFC. Les cartes bancaires compatibles sont disponibles mais pas les téléphones.

Depuis le 8 septembre, les habitants de Strasbourg peuvent découvrir une dizaine d’horodateurs équipés du paiement sans contact (NFC pour Near Field Communication).

Il est possible de payer sa place de parking en approchant à courte distance une carte (ou un téléphone) équipée d’une puce spéciale devant un capteur.

La communauté urbaine de Strasbourg (CUS), ville pionnière dans le déploiement de services à grande échelle, compte en installer une centaine d’ici décembre.

Tous les parcmètres faisant partie de son périmètre seront adaptés en début d’année prochaine.

Soit 765 bornes, ont précisé Jacques Bigot, Président de la CUS, et Didier Durand, Président de l’Association française pour le sans contact mobile (AFSCM, créée à l’origine par les opérateurs mobiles), citée par le quotidien régional Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

La technologie PayPass de Visa est exploitée dans le cas des horodateurs.

Pour se servir de ces bornes et procéder à des achats dans les 2000 commerces (qui seront “rapidement” équipés), les banques partenaires comme Crédit Mutuel, BNP Paribas et Crédit agricole comptent distribuer 200 000 cartes NFC au niveau local.

En principe, les clients comme les commerçants n’ont pas à payer de frais supplémentaires pour utiliser ces services sans contact, ce qui devrait faciliter l’adhésion.

Dès 2006, Strasbourg s’était lancée dans les expérimentations NFC. A l’instar de Nice, la ville compte servir de modèles en vue d’une extension sur le territoire national.

Elle fait partie des “neuf territoires leaders du sans contact mobile*” sélectionnés par Eric Besson, ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, dans son appel à projet sur le déploiement du paiement par NFC.

Le parc de téléphones mobiles équipés de puces NFC doit suivre pour faciliter la vulgarisation du réflexe sans contact. On en est encore loin.

Pour le cas de Strasbourg, Didier Durand considère que les habitants trouveront au moins quatre téléphones “entrée et moyen de gamme” en boutique à partir de la mi-octobre.

Ces appareils seront commercialisés sous le label fédérateur Cityzi qui permet d’identifier les initiatives sans contact en fonction des zones de tests.

*Bordeaux/Pessac, Caen/Manche, Lille, Marseille, Nice, Paris, Rennes, Strasbourg et Toulouse


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur