Le patron de Grokster vole au secours des internautes

Mobilité

“Dégoûté” par les méthodes employées par la RIAA, le président de la société Grokster a proposé à la famille d’une fillette accusée de piratage de payer les 2 000 dollars d’indemnités que lui réclame l’association.

Le patron de la société Grokster, éditrice du logiciel d’échanges peer-to-peer (P2P) éponyme, a proposé de payer l’indemnité de 2 000 dollars qu’une fillette de 12 ans avait accepté de régler à la Recording Industry Association of America (RIAA) suite à des téléchargements illégaux. Wayne Rosso a indiqué qu’il avait fait cette proposition car il était “dégoûté” de l’attitude de l’association représentante des majors du disque.

La mère de Brianna Lahara, l’une des 261 personnes menacées de procès par la RIAA (voir édition du 9 septembre 2003), avait accepté de payer 2 000 dollars d’indemnités à l’association, sa fille étant accusée d’avoir partagé plus de 1 000 chansons protégées par un copyright. La RIAA a d’ailleurs publié un communiqué dans lequel la fillette fait son mea culpa : “Je suis désolée pour ce que j’ai fait. J’aime la musique et je ne veux pas nuire aux artistes que j’aime.”Des “méthodes d’extorsion”

Mais Wayne Rosso a l’intention d’intervenir en payant l’amende. “J’essaie d’entrer en contact avec la mère de la fillette pour lui proposer de payer les 2 000 dollars de ma propre poche. Je suis dégoûté par la RIAA et ses méthodes d’extorsion”, a-t-il confié à VNUnet.com. “Je ne savais pas que McCarthy et Staline étaient encore vivants et qu’ils dirigeaient la RIAA.”

Parmi les 260 autres utilisateurs incriminés – dont un grand-père de 71 ans – beaucoup craignent que la RIAA se montre moins indulgente et leur demande des milliers de dollars de compensation. Mais les méthodes brutales de l’association commencent à inquiéter certaines personnalités politiques américaines. “Je ne pense pas qu’il faille utiliser la manière forte pour faire comprendre aux gens que les téléchargements constituent un problème. Je trouve que la tactique et les outils utilisés sont excessifs”, a ainsi déclaré le sénateur Norm Coleman.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur