Le PowerMac G5 bientôt en production ?

Mobilité

Le PowerPC 8500, alias G5, serait déjà parti pour les lignes de production. Motorola entendrait livrer à Apple des puces allant de 1 à 1,6 GHz. La firme à la Pomme pourrait, en fonction des performances atteintes, faire débuter ses machines à 1 ou 1,2 GHz. La production des ordinateurs pourrait débuter le 14 décembre afin qu’ils soient prêts pour la présentation de Steve Jobs prévue à Macworld San Francisco le 8 janvier prochain.

La sortie des PowerMac G5 commence à se préciser, si l’on veut bien en croire nos confrères de The Register. Les machines pourraient entrer en production dès le 14 décembre prochain. Une activité industrielle due à l’arrivée imminente dans ses ateliers des puces PowerPC 8500 de Motorola (voir édition du 13 novembre 2001), la prochaine génération de microprocesseurs susceptibles d’être utilisés par la Pomme pour ses prochaines machines. D’après un correspondant anonyme du journal en ligne britannique, la firme aux ailes d’argent s’apprêterait à tenter de fournir trois versions du G5 allant de 1,2 à 1,6 GHz. Si elle peut disposer de suffisamment de puces à la fréquence la plus élevée, Apple pourrait présenter des machines équipées de ces processeurs ainsi qu’un modèle à 1,4 GHz. Sinon, cette dernière version serait à considérer comme le haut de gamme de la firme et un processeur à 1 GHz complèterait la gamme à son entrée.

Plus tard, outre l’élévation des fréquences, le G5 doit voir devrait intégrer plusieurs coeurs de calcul sur la même puce. Cette technologie appelée “multicore” est observée de près par l’industrie des composants électroniques qui cherche actuellement à faire baisser les coûts des matériels utilisés pour le routage des informations sur l’Internet. Cisco fait partie des constructeurs qui lorgnent sur la plate-forme PowerPC pour ses qualités de faible consommation d’énergie et son coût moitié moindre que celui de ses concurrents. Mais SGI serait également intéressé (voir édition du 6 novembre 2001).

Un peu de prospective

Pour Apple, le PowerMac G5 pourrait bien être considéré comme le “Giga Mac”, en raison principalement du passage du cap du gigahertz par les processeurs PowerPC utilisés, mais aussi du fait des modifications techniques générales. Ainsi de la carte mère qui pourrait se voir allouer un bus système à 400 MHz (4 canaux de 100 MHz ?) contre 133 MHz aujourd’hui sur les G4. Cette modification serait accompagnée de l’utilisation de mémoires DDR SDRam qui permettraient de multiplier la vitesse d’accès à la mémoire. La fréquence de cette mémoire n’est pas précisée, mais pourrait être celle décrite par Motorola dans son cahier des charges sur les coeurs processeurs dérivés du Book E : 333 MHz. Sur les versions précédentes des Mac, l’utilisation de ce type de mémoire ne permettait pas de bénéficier d’un avantage substantiel. Le PowerMac que pourrait introduire Steve Jobs à l’occasion de sa keynote – programmée à 8h45 à la conférence MacWorld de San Francisco mercredi 8 janvier – se verrait également doté d’une évolution du port IEEE 1394, qu’Apple entendrait appeler “GigaWire”. Il s’agirait en fait de la version IEEE 1394b destinée à atteindre 1,6 Gbit/s, voire 3,2 Gbits/s sur câble optique. Son implémentation initiale pourrait être cependant limitée à 800 Mbits/s, niveau atteint pour le moment par les sous-traitants. Le début 2002 pourrait donc bien révéler une machine professionnelle particulièrement puissante qui ferait disparaître plusieurs goulets électroniques sur les machines de la Pomme : le bus système, la vitesse de la mémoire vive, l’accessibilité du multiprocessing multicore et l’adoption d’un bus à haute vitesse, dérivé de l’IEEE 1394.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur