Le PowerMac passe le mur du gigahertz !

Mobilité

Après rumeurs, tergiversations et délais, les nouveaux PowerMac sont là. Ils franchissent le cap du gigahertz, notamment avec une version “QuickSilver” de la machine dotée de deux processeurs à 1 GHz chacun ! Il s’agit bien pour Apple d’un franchissement en douceur de la barre fatidique. Le G4 vit sans doute ici ses derniers mois à l’intérieur des Mac de bureau, les rumeurs concernant le G5 allant croissant.

Pas un bruit pour le passage du mur du gigahertz par Apple : la firme vient de livrer trois nouvelles versions de ses machines de bureau, les PowerMac G4, dotés de processeurs à 800, 933 et deux fois 1 GHz ! Le design reste le même pour cette vénérable machine, dont le boîtier “QuickSilver” (voir édition du 23 juillet 2001), introduit à l’occasion de MacWorld Expo en juillet 2001, ne change pas. Idem pour les autres caractéristiques techniques, hormis l’introduction de cartes nVidia GeForce 4MX, dont la sortie est prévue pour? février ! La mémoire vive de ces machines monte jusqu’à 1,5 Go (de la SDRam cadencée à 133 MHz), les capacités des disques durs s’étalent entre 40 et 80 Go, tandis que la mémoire L3 (de la DDRam située à proximité du processeur) est amenée à 2 Mo, limitant ainsi la nécessité pour la puce de réaliser des requêtes trop fréquentes auprès de la mémoire vive ! Le bus système est 33 % plus rapide que sur l’iMac G4 sorti voilà trois semaines, ce qui permet au PowerMac de développer jusqu’à 15 gigaflops de puissance de traitement ! Une puissance monstrueuse comparée aux 3,5 gigaflops proposés sur la première machine lancée en 1999 (avec processeur allant à 500 MHz) ! Mais en fait, cette capacité de traitement, si elle paraît impressionnante, correspond à une croissance régulière par mégahertz supplémentaire. Du coup, les comparaisons réalisées avec un Pentium P4 à 2 GHz sur Photoshop montrent une divergence relativement importante de résultats, au plus grand bénéfice du Mac. Aucune magie dans ces chiffres avancés par Apple : ils sont dus à l’utilisation intensive du module de calcul symétrique AltiVec, installé en standard sur le processeur G4 de la machine à la Pomme. Résultat : le PowerMac G4 deux fois 1 GHz biprocesseur est, selon Apple, 72 % plus rapide qu’une machine dotée d’un Intel Pentium 4 à 2 Ghz. Apple revendique même 26 % de puissance supplémentaire pour son processeur à 800 MHz ! Une différence de puissance, dont les puristes auront bien compris qu’elle ne s’applique que dans certaines conditions, sur certains logiciels et en fonction des tâches traitées.

Un coup marketing d’Apple ?

Le passage discret du mur du gigahertz fait suite à l’introduction de l’iMac G4 au début de l’année et se présente en réalité comme une opération de contre-feu face à la cannibalisation de la gamme PowerMac précédente. La mise à niveau de la machine, qui a été précédée par une vague de rumeurs sans précédent dans l’histoire de la firme sur sa décision de changer de génération de processeurs (Apple prépare actuellement sa transition vers le G5), se présente plus comme un coup marketing destiné à calmer les ardeurs de sa clientèle professionnelle, en attendant de lui proposer le passage à une nouvelle génération de machines dont les capacités sont déjà présentées sous le manteau comme époustouflantes ! Ne serait-ce que parce que le G5 doit introduire le passage au traitement en 64 bits. Une révolution que la firme prépare secrètement en poussant en parallèle la mise à niveau de son système d’exploitation pour qu’il profite de ces capacités. La nouvelle gamme de PowerMac s’avère bien positionnée face aux nouveaux iMac, la machine grand public haut de gamme tournant à la même vitesse que le bas de gamme PowerMac, mais sur un bus système moins rapide (100 MHz) et sans disposer des capacités d’extension, ni de la carte graphique ad hoc ! Dans le même temps, les puissances sont étagées de telle manière que la seule façon d’adopter le gigahertz, c’est de passer à la machine à deux processeurs ! Les PowerMac G4 sont dotés au choix de graveurs de CD, de combo ou du Superdrive pour des prix s’étageant entre 1 899 euros et 3 499 euros… sans écran.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur