Le procès Microsoft reprend en direct sur le Web

Mobilité

Lundi 26 et mardi 27 février auront lieu, en direct sur le Web, les audiences en appel du procès Microsoft. L’issue reste incertaine mais on note que le nouveau responsable du département antitrust américain, nommé par le Bush Jr., s’est déjà exprimé publiquement contre la scission de Microsoft…

Microsoft devra-t-il se soumettre au jugement rendu en juin 2000 le condamnant à être scindé en deux entités distinctes, l’une chargée des logiciels, l’autre des systèmes d’exploitation ? “Seul un remède aussi radical peut combattre de manière efficace l’emprise monopolistique exercée par la société sur l’industrie high-tech”, notait le juge Jackson dans sa condamnation (voir édition du 7 juin 2000). Lundi et mardi auront lieu les audiences devant la cour d’appel du district de Columbia. Les observateurs soulignent qu’en 1998, cette même cour avait statué en faveur de Microsoft dans un affaire similaire l’opposant au gouvernement américain. Mais aujourd’hui, les avis restent très partagés quant à l’issue du procès. Dernièrement, on apprenait que les avocats de Microsoft disposeraient d’une demi-heure pour exprimer leurs griefs à l’encontre du juge Jackson. D’après eux, le magistrat devrait être démis du dossier pour s’être exprimé publiquement de manière hostile contre Microsoft (voir édition du 8 février 2001). Les avocats de la société de Bill Gates estiment en effet qu’il n’est pas objectif dans cette affaire.

Un responsable du département antitrust plutôt pro-Microsoft

Autres déclarations publiques d’un autre acteur de première importance, celles du candidat désigné par le gouvernement de Georges W. Bush à la tête du département antitrust du ministère de la Justice américain. Les nouvelles fonctions de Charles James doivent encore être acceptées par le Congrès, mais d’ores et déjà la polémique fait rage. Charles James s’est en effet prononcé à plusieurs reprises contre la scission de Microsoft. “Une chose est très claire, c’est que les consommateurs ont profité du fait que [Microsoft] soit une plate-forme commune”, jugeait-il dans une interview datée d’avril dernier. “Si Microsoft devait être scindé, on verrait apparaître une divergence au sein de la plate-forme commune et il n’est pas certain que le résultat rendrait le marché plus compétitif”, ajoutait-il.

Face à la demande et parce que les débats se dérouleront sur une période de temps relativement courte, le ministère américain de la Justice a autorisé la retransmission des audiences en direct sur Internet. Deux sites ont été choisis pour cet événement qui, à coup sûr, génèrera bien du trafic : ABCNews et C-Span. De son côté, la cour d’appel a exceptionnellement consacré une partie de son site au procès, sur laquelle on peut consulter les documents du dossier.

Voir également notre dossier : Microsoft dans la tourmente


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur