L’e-procurement de demain, une connexion entre ERP

Mobilité

L’e-procurement via les places de marché traditionnelles avec une simple connexion Internet risque d’évoluer, du moins pour les grands comptes. La tendance dans les cinq années à venir sera de connecter l’ERP de l’entreprise avec son fournisseur ou sa place de marché afin de permettre un meilleur traitement de la commande.

L’e-procurement, qui consiste pour les entreprises à réaliser leurs achats sur Internet, a beau n’en être qu’à ses débuts, il se déploie déjà de diverses façons selon les entreprises. Le concept de base de l’e-procurement est de permettre de mettre en relation, via une place de marché, des fournisseurs et des clients. L’idée, au travers de ce nouveau canal de transmission des commandes, est de réaliser entre autres des économies. Selon la dernière étude du cabinet Aberdeen, les entreprises qui ont une politique d’e-procurement pourraient réaliser entre 8 à 10 % d’économies sur leurs achats non stratégiques de biens et de services.

Certes, le concept reste très nouveau. Moins de 10 % des 5 000 groupes les plus importants au monde ont recours à l’e-procurement pour le moment. Toutefois, le concept devrait se déployer rapidement puisque les analystes prévoient que dans ce même groupe d’entreprises, 80 à 90 % auront recours à l’e-procurement d’ici 2003.

Une tendance à l'”ERPisation” des marchés B to B

Toutefois, à cette date, les méthodes auront quelque peu évolué. Plus question d’appréhender l’e-procurement au travers d’une place de marché aux allures de simple vitrine Web. Selon Pierre Forissier, DG d’Arialys, jeune société spécialisée dans le domaine de l’e-procurement, “la tendance future est à l”ERPisation’ des marchés B to B”, c’est-à-dire l’intégration totale de l’ERP dans le process d’achat d’une entreprise. Car le but de l’e-procurement est bel et bien de combler le fossé qui existe entre deux sociétés afin de faire correspondre la demande avec l’offre. Et la meilleure façon de rapprocher ces deux sociétés est de relier leurs ERP, qui constituent la base du système d’information de toute société. Le procédé est encore nouveau, mais il commence petit à petit à s’implanter. La société Arialys, qui fournit aux grandes entreprises un mode direct d’approvisionnement en matériels et services informatiques via le réseau, propose déjà cette solution aux grands comptes. Ericsson vient de procéder d’ailleurs à la connexion de son ERP à celui d’Arialys. Lucent devrait être le prochain à faire de même.

L’idée n’est plus forcément de passer par une place de marché qui sous-traite pour l’entreprise, mais de créer son propre système d’e-procurement avec son fournisseur. Le but, explique Pierre Forissier, est de simplifier au maximum les process d’achat. “Une connexion entre deux ERP permet à une même information d’être transmise dans un même système. Cela évite toute manipulation ou discontinuité dans la transmission et tous systèmes redondants”, explique-t-il. Par ailleurs, la connexion par ERP permet d’étendre le concept d’e-procurement. Ainsi, cela rend possible les réapprovisionnements de façon automatique en fonction du volume de stocks restant. En dessous d’un certain seuil, la commande est déclenchée automatiquement. L’objectif est aussi de créer une base de données commune entre le client et le fournisseur.

Des postes dédiés chez les grands comptes “A terme, tous les grands comptes iront vers ce modèle. Toutefois, cela prendra du temps. On peut imaginer que cinq ans leur seront nécessaires pour intégrer leur ERP à l’e-procurement. Cela pourra aller d’autant plus vite que désormais les grands comptes ont compris l’intérêt de l’e-procurement en créant déjà en interne des postes dédiés”, estime Pierre Forissier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur