Le réseau ‘Grille’ : l’Internet du futur ?

Cloud

IBM a été choisi pour participer à la construction d’un nouveau type de réseau informatique destiné à mutualiser toutes les ressources, de calculs comme de stockage. Pour le moment réservé à la communauté scientifique, ce concept devrait être étendu aux entreprises, voire aux particuliers. Attention, pas avant 2005.

Le père du réseau Internet nouvelle génération sera-t-il labellisé IBM ? Peut-être en partie. Car le groupe informatique américain entend bien jouer un rôle prépondérant dans cette ère nouvelle. IBM vient d’annoncer en effet qu’il comptait investir 1 milliard de dollars dans un nouveau type de réseau. La société envisage de développer d’ici les cinq prochaines années un concept de réseau appelé “Grille” en lieu et place de la Toile. Ce nouveau réseau, ou cet Internet parallèle, serait des millions de fois plus puissant et plus facile à utiliser que le réseau actuel, jugé trop lent et peu sûr.Le réseau Grille devra permettre de relier entre eux des PC individuels afin de mutualiser les ressources et d’obtenir d’énormes capacités de calcul. Le réseau fournit alors à chaque utilisateur toutes les ressources dont il a besoin. Ce concept de réseau en grille permet d’obtenir des puissances de calcul et des capacités de stockage pratiquement illimitées puisque toutes les ressources de la Grille peuvent être mobilisées en cas de besoin. Un super-réseau qui pourrait être ouvert à tous Beaucoup de pays ont développé en interne ce type de réseau, à commencer par les Etats-Unis notamment avec la NASA, où des simulations de moteurs de fusées sont effectuées par des scientifiques dans des laboratoires disséminés sur l’ensemble du territoire américain. En France, le procédé existe aussi. En avril 2000, l’INRIA avait réuni 10 000 ordinateurs et 300 internautes de 40 pays pour décrypter un des codes les plus sûrs au monde, en l’occurrence une clé de 109 bits basée sur le système dit “des courbes elliptiques” (voir édition du 18 avril 2000). Par ailleurs, en janvier dernier, l’Union européenne et le Cern (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) ont lancé le projet DataGrid d’un montant de 9,8 millions d’euros. Le projet vise à élaborer une nouvelle infrastructure de calcul distribué. Le réseau accessible sur Internet est toutefois réservé à la communauté scientifique. Car jusqu’ici, il s’agissait de relier des superordinateurs d’universités ou de laboratoires de recherche mondiaux. Mais les promoteurs de ce concept veulent l’étendre et l’ouvrir à tous. Avec un simple terminal et un abonnement au réseau, chaque personne pourrait alors disposer d’une immense puissance de calcul. Autrement dit, l’utilisateur n’achètera plus sa puissance, mais paiera simplement sa consommation. On retombe en plein dans le domaine du pay-per-use. IBM vient ainsi d’annoncer qu’il allait fournir des équipements nécessaires à la construction d’un réseau Grille au Royaume-Uni ainsi et aux Pays-Bas. La firme américaine construira les équipements permettant de stocker les masses de données utilisées. Pour cela, il envisage de construire cinquante fermes de serveurs à travers le monde. “Le concept du réseau Grille peut enfin être la réalisation d’un vrai réseau informatique mondial”, confie Tony Hey, un responsable du système Grille britannique à l’AFP. Cette configuration en grille permettra “d’effectuer en quelques heures des tâches qui auraient nécessité des années”, ajoute John Patrick, vice-président des technologies Internet chez IBM. Le Cern estime ainsi qu’à l’aube de 2005, les grandes expériences nécessiteront une puissance de calcul équivalente à celle de 140 000 micro-ordinateurs. Si le Web actuel permet aux utilisateurs de visualiser des données stockées sur d’autres ordinateurs, le nouveau réseau permettra de manipuler des logiciels installés sur d’autres ordinateurs, exercice encore difficile à réaliser aujourd’hui.Article modifié le 10 août 2001.voir rectificatif


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur