Le réseau public de BT ouvert aux développeurs

Régulations

L’opérateur britannique expérimente une technologie permettant aux développeurs de créer des services inédits sur son réseau téléphonique public.

British Telecom, l’opérateur de télécommunications britannique, vient de faire la démonstration à Londres d’une technologie qui lui permet d’ouvrir son réseau téléphonique aux développeurs pour qu’ils créent des services de communications inédits. Baptisée Parlay, cette technologie est actuellement en test et devrait être achevée dans 12 mois. BT la présente comme “un système d’exploitation pour les futurs réseaux publics”. Il s’agit en fait d’un environnement de développement qui permet à des sociétés tierces d’accéder à toutes les ressources du réseau public de BT depuis une interface de programmation unique.

Annoncé officiellement en mai, Parlay est actuellement développé par un consortium (le Parlay group) qui rassemble BT, Microsoft, Nortel, Siemens et DGM&S Telecom.

Pour Alfred Mockett, directeur de BT Global, “BT veut briser les murs qui séparent les télécommunications et l’informatique, les réseaux publics et les réseaux privés.” Il se montre très enthousiaste sur sa technologie : “Imaginez l’ingéniosité des millions de développeurs qui écrivent des programmes Java ou Windows appliquée au potentiel d’un réseau public. Cela pourrait tout changer.”

Pour Tony Dench, directeur de recherche pour le labo anglais Probe Research, les possibilités sont énormes. Les sociétés pourront par exemple créer un gigantesque centre d’appels virtuels qui utilisera de manière transparente le réseau public, un peu comme un intranet sur Internet.

Cependant, d’après lui, le Parlay Group devra s’agrandir pour réussir. Des membres comme Siemens ou Nortel fournissent des commutateurs à BT mais Ericsson et Lucent également. “Pour que cela marche vraiment, Lucent et Ericsson doivent être de la partie”, affirme-t-il.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur