Le SATA Express : du SATA dans le port PCIe

Cloud
Intel SSD

Avec l’avènement des SSD, une nouvelle interface se devait de poindre. Ce sera le SATA Express (du SATA dans le port PCI Express) avec une bande passante pouvant atteindre 16 Gb/s.

Le SATA Express est une nouvelle norme qui vient d’être annoncée par la SATA-IO (Serial ATA International Organization). Elle répond à l’usage de plus en plus fréquent de SSD (Solid State Drive) et devrait être définie pour la fin 2011.

Une bande passante de 6 Gb/s est satisfaisante pour de nombreux périphériques tels que des disques durs. Mais l’avènement des SSD et des disques hybrides intégrant un disque dur mécanique classique et un petit SSD, est synonyme de plus de débit. La norme SATA 3.0 avec son débit maximum de 6 Gb/s peut dès lors devenir un goulet d’étranglement.

Augmenter la bande passante du SATA aurait pu être la solution, mais la SATA-IO a préféré concentrer ses efforts sur le port PCIe. Il présente l’avantage d’une bande passante à 8 Gb/s (PCIe x32) et de pouvoir proposer deux canaux SATA Express là où le SATA 3.0 ne constitue qu’un seul canal.

Les SSD ont le vent en poupe mais occupent toujours la portion congrue du marché des mémoires de masse où les disques durs règnent encore en maître. Augmenter la bande passante du SATA était donc inapproprié.

Utiliser le port PCIe est ingénieux car il permet, moyennant un connecteur différent, de brancher deux câbles (ressemblant à des ports SATA mais avec détrompeur) ou bien un seul avec la promesse d’un bande passante de 16 Gb/s (deux canaux à 8 Gb/s).

La norme SATA Express viendra mettre de l’ordre dans ce nouveau type de connexion. Elle permettra aux constructeurs de cartes mères et de PC de proposer des produits compatibles avec le SATA Express (et toujours avec le SATA).

Mais, d’un point de vue de l’hôte (l’ordinateur qui accueille des SSD connectés via le port PCIe/SATA Express), il sera toujours question de SATA. En effet pour le système d’exploitation, il y aura toujours un contrôleur SATA entre l’hôte et le SSD mais il sera intégré dans le SSD dans le cas du SATA Express (ou bien entre le SSD et le port PCIe).

C’est astucieux mais cela signifie également que les actuels SSD du marché ne seront pas compatibles avec cette connectique à moins qu’un circuit d’interface indépendant (qui viendrait se greffer sur le SSD par exemple) ne soit proposé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur