Le service universel des télécoms à la recherche de nouveaux candidats

Mobilité

Le gouvernement lance des appels à candidatures pour déléguer le service universel des télécoms, qui garantit l’accès à la téléphonie à tous.

Le 14 janvier, Christine Lagarde, la ministre de l’Economie, et Luc Chatel, le secrétaire d’Etat à l’Industrie, ont lancé quatre appels à candidatures afin de désigner les prochains fournisseurs du service universel des communications électroniques, visant à garantir à tous les Français un accès facilité aux télécoms.

Les prestations délivrées par ce service universel sont “assurées sur l’ensemble du territoire”, comme le préconise l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Il englobe trois grandes composantes : un service de téléphonie fixe, un annuaire universel imprimé, un service universel de renseignements et la mise en place de cabines téléphoniques, aussi appelées publiphones, sur le domaine public.

Par ailleurs, le ministère de l’Economie a déclaré que “les consultations menées ont montré qu’il n’est pas nécessaire de désigner d’opérateur pour l’annuaire électronique, cette prestation étant largement disponible, gratuitement avec un niveau de qualité globalement satisfaisant”. Les opérateurs intéressés ont jusqu’au 3 février pour déposer leur dossier de candidature.

Actuellement, c’est France Telecom qui exploite ce service universel des télécommunications, mais son mandat s’achèvera en mars prochain. Lors d’un précédent appel à candidatures le 12 novembre 2004, l’opérateur historique français avait été le seul intéressé. Pour le moment, aucun opérateur n’a officiellement posé sa candidature.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur