Le SP2 centralise la sécurité de Windows XP

Cloud

Premier épisode d’une série dédiée au service pack 2 de Windows XP. Aujourd’hui, le Centre de sécurité qui simplifie le paramétrage des firewall et antivirus et automatise les mises à jour.

Le 2 septembre 2004, les utilisateurs de Windows XP devraient pouvoir effectuer une mise à jour majeur de leur ordinateur avec l’installation du service pack 2 (SP2) via l’outil Windows Update. Mise à jour essentiellement centrée sur la sécurité et qui modifiera en profondeur certains points du système d’exploitation. En collaboration avec la rédaction de SVM*, Vnunet.fr inaugure une série d’articles pratiques sur les principales modifications que le SP2 entraîne tant sur la gestion des paramètres de sécurité du système que sur les outils de navigation et la gestion réseau. Aujourd’hui : le Centre de sécurité.

Après l’installation du SP2 (une vingtaine de minutes après le téléchargement du fichier qui pèsera entre 80 et 100 Mo ou la lecture du CD-Rom disponible auprès de Microsoft ou dans le prochain numéro SVM), l’utilisateur constatera la présence d’un nouvel icone dans le Panneau de configuration. Celui-ci donnera accès au “Centre de sécurité” (CdS). Véritable centre névralgique du SP2, le CdS est un panneau de contrôle qui gère les accès aux pare-feu, antivirus et aux mises à jour automatiques de Windows. Selon que la diode est verte (tout va bien), jaune(l’option est activée mais pas avec les paramètres prédéfinis par le SP2) ou rouge (l’option est désactivée ou pas à jour), l’utilisateur visualisera en un coup d’oeil le niveau de protection de sa machine.

Plus difficile à infecter

Précisons que le SP2 n’intègre pas d’antivirus propre à Microsoft. Le CdS sert essentiellement à gérer celui que l’utilisateur a installé (ou installera) de sa propre initiative. Ce qui sera l’occasion de vérifier la compatibilité de son antivirus avec le SP2 (voir édition du 10 août 2004). En revanche, le SP2 propose une nouvelle version du firewall de Windows XP. Plus souple d’utilisation, celui-ci permet d’autoriser les applications qui se connectent au Net. Autre avantage : alors que dans Windows XP, il fallait activer (ou non) le pare-feu sur chacune des connexions, le firewall du SP2 protège l’ensemble des liaisons réseau. En revanche, il ne gère toujours pas les accès sortants se limitant à filtrer les paquets entrants. Du coup, l’utilisation d’un “vrai” firewall reste des plus recommandée. D’autant que, à la manière des antivirus, le CdS gère parfaitement les pare-feu externes.

A n’en pas douter, le CdS apporte un confort sécuritaire qui manquait à Windows XP et ses principaux outils, vecteurs à leur insu de propagations virales massives. Notamment grâce à l’activation des mises à jour automatiques de Windows. Mais dans les faits, il n’apportera pas grand chose à l’utilisateur averti qui imposait manuellement les niveaux de sécurité induits par le SP2. A cet utilisateur, le CdS économisera quelques clics tandis qu’il simplifiera la vie de l’utilisateur moins au fait de ces questions sécuritaires. Le CdS pousse notamment ce type d’utilisateur à s’équiper d’un antivirus. Au final, un PC SP2 devrait se révéler plus difficile à infecter qu’une machine sous Windows XP sans mise à jour.

* Retrouvez le dossier spécial consacré au SP2 dans le n° 229 de SVM vendu en kiosque depuis le 26 août 2004. SVM est publié par VNU Publications France.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur