Le successeur du code-barre soumis à de nouveaux tests

Mobilité

Au Royaume-Uni, la chaîne de magasins Marks & Spencer entame une expérience sur les balises RFID. Ce système pourrait succéder au code-barre.

Les balises RFID sont de petites puces qui émettent des signaux radio et sont susceptibles d’être intégrées à des produits. Ces puces peuvent contenir une multitude d’informations à propos du produit en question et s’avèrent aussi particulièrement utiles pour le contrôle des stocks.

Pour Marks & Spencer, il s’agit d’un projet test qui s’échelonnera sur quatre semaines. Les puces sont fixées sur des vêtements masculins, comme des costumes, chemises et cravates. Ce qui est étonnant, c’est que dans ce cas, les puces ne sont pas incorporées aux produits. Cela avait en effet conduit, lors d’expériences précédentes, à une protestation de la part des défenseurs du respect de la vie privée. Ceux-ci craignent que les puces RFID puissent être également utilisées pour suivre le client, même après sa sortie du magasin.

Des informations non confidentielles

Marks & Spencer n’a pas épargné sa peine pour échapper à cette critique. C’est ainsi que le code radio ne peut être lu que dans le magasin proprement dit et que la puce ne contient que des informations sur la taille, la couleur, etc. Un porte-parole a insisté sur le fait qu’aucune information à propos du mode de paiement du client ne pouvait y être stockée.

La puce RFID est considérée comme un successeur potentiel du code-barre car elle peut contenir nettement plus d’informations que ce dernier. Provisoirement, les puces sont cependant encore trop chères pour pouvoir être utilisées sur des produits bon marché.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur