Le torchon brûle entre AOL et Microsoft

Cloud

En discussions depuis plusieurs mois, AOL et Microsoft viennent de cesser leurs négociations sans trouver d’accord. En jeu : l’intégration du navigateur d’AOL dans Windows XP, le contrat liant les deux géants ayant pris fin en janvier dernier. AOL voulait en particulier employer sa messagerie instantanée et le lecteur multimédia RealPlayer, ce que lui refuse Microsoft, directement concurrencé par ces deux applications.

Le contrat quinquennal offrant à AOL une place privilégiée dans Windows avait expiré en janvier dernier. Dès lors, on savait que les négociations seraient tendues entre ces deux géants dont les activités se concurrencent de plus en plus (voir édition du 26 avril 2001). Effectivement, ça n’a pas manqué, si bien que les négociations ont été closes ce samedi sans qu’aucun accord n’ait été trouvé. “Les discussions entre AOL et Microsoft se sont achevées sans accord sur un ensemble de questions”, a ainsi déclaré un porte-parole de la firme de Bill Gates cité par Reuters. Pour AOL, il s’agissait d’intégrer directement son kit de connexion, comprenant son logiciel de navigation, sa messagerie instantanée (AIM, AOL instant messager) et le lecteur multimédia que le fournisseur d’accès livre à ses abonnés, le RealPlayer de RealNetworks. La présence d’AOL sur les précédentes versions du système d’exploitation de Microsoft a certainement contribué pour une part non négligeable au succès d’AOL qui se classe en tête des fournisseurs d’accès Internet (FAI) avec pas moins de 30 millions d’abonnés déclarés. “Microsoft continuera à s’assurer que les services d’AOL fonctionnent bien sous Windows XP”, a tenu a rassurer l’éditeur, les utilisateurs d’AOL pourront donc installer eux-mêmes les logiciels du FAI.

Deux sociétés plus que jamais concurrentes

La concurrence entre AOL et MSN (le service d’accès Internet de Microsoft) a semble-t-il joué un rôle mineur, Microsoft n’ayant pas hésité à faire passer MSN au second plan derrière AOL sur les précédentes versions de Windows. Par contre, avec la stratégie .Net de Microsoft, les deux sociétés sont plus que jamais concurrentes (voir édition du 20 mars 2001). Ainsi Microsoft imposait comme condition à AOL qu’il rende sa messagerie instantanée AIM compatible avec son MSN Messenger et surtout avec la nouvelle solution de messagerie instantanée qui sera incorporée à XP. Or AOL s’oppose farouchement à toute interopérabilité (voir édition du 12 juin 2001). De même, Microsoft refusait l’emploi du RealPlayer par AOL (le logiciel est le concurrent direct du Windows Media Player). A ce sujet, une rumeur faisait état de la fin du contrat entre AOL et RealNetworks, ce qu’à vivement démenti Rob Glaser, le PDG de la société spécialisée dans la diffusion sur Internet de contenu multimédia, présent la semaine dernière au salon Narrowcast de Paris (voir édition du 14 juin 2001). “Nos accords avec AOL portent sur plusieurs années”, a-t-il affirmé, “c’est une relation à long terme, les choses que vous avez pu lire ici ou là ne sont que des rumeurs.”

L’un des négociateurs, Will Pole, vice-président de la division médias numériques de Microsoft, a indiqué au New York Times qu’AOL aurait agité la menace de poursuivre Microsoft dans le cadre d’un procès antitrust en cas d’échec de l’accord. “A la fin, AOL demandait beaucoup, proposait peu et se disait prêt à nous attaquer par rapport à XP”, a-t-il confié au quotidien. “AOL ne proposait pas d’accord ‘gagnant-gagnant’, il proposait un accord ‘Je gagne maintenant, vous perdrez ensuite'”. Entre AOL et Microsoft, on ne peut pas dire qu’il règne une entente cordiale…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur