Le tour du monde en QuickTime VR

Mobilité

La technologie de réalité virtuelle intégrée à QuickTime autorise des sorties à l’autre bout du monde sans bouger de chez soi. De la montée de l’Everest à la visite de Bath, en passant par les grands parcs américains ou en faisant un petit tour du Louvre, un nombre impressionnant de voyages sont possibles, les pieds dans les pantoufles ! Action !

9h30, samedi. Actium n’est pas loin ! Actium ? Mais si vous savez ! Ce promontoire de la Grèce, à l’entrée du Golfe d’Ambracie. C’est là qu’Octave a battu Antoine et Cléopatre dans les années 30… avant Jésus Christ ! Remarquez bien que si vous êtes un féru d’histoire ancienne, des scènes de l’histoire de l’antiquité vous en avez : ainsi de Spartes, de Troie ou des Thermopyles. Hé oui ! Vous en avez entendu parler quand vous étiez au collège ou au lycée et jamais vous n’avez pu mettre un paysage sur ces noms. Il faut y aller ! Et bien, non ! Avec QuickTime VR il suffit d’un clic de souris pour se retrouver devant le monument consacré aux 300 hoplites de Léonidas qui ont soutenu la pression face aux perses de Xerxès en 480 avant JC, avant de se faire massacrer ! Et à Troie ? Là vous pouvez avancer dans les décombres, passer d’un mur de défense à une des portes de la cité !

Bon, admettons, les vieux grecs, cela ne vous dit rien ! Allez donc faire un tour à Bristol alors ! Mais non, pas en Eurostar… Toujours avec la technologie d’Apple ! A Bristol, le site est en plus soutenu par une autre technologie développée localement, appelée “Clementine”, et à laquelle les spécialistes de la firme à la Pomme s’intéressent fortement. D’après Jon Pratty de VNUnet.com, ils auraient même commencé un partenariat avec Matt Kane, 21 ans, le Pdg de la firme anglaise. Conséquence, quand vous visitez virtuellement la ville, l’affichage d’images d’une très bonne définition s’en ressent. “VRbristol.co.uk” dispose, de plus, d’une manière originale de vous faire avancer dans la ville : l’écran est composé de deux parties, une carte à droite et le point d’où vous regardez sur les deux tiers gauche. Et un petit texte informatif s’affiche lorsque vous cliquez sur les éléments de la photo qui disposent de l’option. Au total, 54 points de vue qui permettent de faire le tour de la ville, en flânant par exemple au zoo où vous trouverez quelques pingouins et quelques phoques, ou bien encore sur les rives de l’Avon.

Un petit tour au Louvre ?

Si vous ne voulez pas aller si loin remarquez, vous pouvez toujours revoir le Louvre. Le site officiel français propose bien sûr sa visite virtuelle, mais un site japonais permet également de s’aventurer dans les galeries du musée, laissées sans surveillance des gardiens. Passez voir la Joconde. Il est possible de zoomer sur son visage, comme jamais on ne vous permettra de le faire dans le musée. La partie japonaise est en fait le fruit du partenariat du musée avec la firme de cosmétiques Shiseido. Le site miroir est accessible en trois langues dont le français. Particulièrement bien réalisé, il dispose d’un plan permettant de passer d’une aile à l’autre et de salles en salles, à la différence du site français, où il n’est pas possible de se repérer. Bien d’autres sites sont ainsi accessibles. Vous pourriez par exemple gravir l’Everest, ou avancer de la salle des torpilles aux machines, dans le sous-marin allemand de la seconde guerre mondiale U2540, à quai dans le port de Bremerhaven au nord de l’Allemagne. Bref, il commence à y avoir de quoi faire en QuickTime VR. N’oubliez quand même pas d’acheter le pain, la boulangerie va fermer…

Pour en savoir plus :

* Les sites antiques sur stoa.org (en anglais)

* Bristol ou Bath sur le site VR Britain (en anglais)

* Le musée du Louvre au Japon (voir la visite virtuelle)

* Le sous-marin du musée des Techniques de Bremerhaven (en allemand)

* Escalader (virtuellement) l’Everest (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur