Le vidéoprojecteur Acer K130 alimente la querelle des Anciens et des Modernes

Mobilité
Acer K130 pico-projecteur

Mobiles, connectés, durables, économes en énergie : les pico-projecteurs font valoir leurs atouts et gagnent du terrain. Acer accroche ce wagon avec le K130, un concentré technologique équilibré et dans une fourchette tarifaire honorable.

Acer accroche le wagon des vidéoprojecteurs nomades avec le dénommé K130, un poids plume de 430 grammes inscrit dans une logique globale de nivellement de l’offre entre les constructeurs.

En toile de fond sévit une confrontation, en l’occurrence celle de deux écoles que le fossé temporel oppose en tout point : d’un part, une conception traditionnelle, sédentaire, aux accents professionnels et de l’autre, un renouveau entrevu sous la bannière de la mobilité, de économies d’énergie.

En point d’orgue du K130, porte-drapeau dudit renouveau, une technologie d’affichage DLP, via une LED dont la durée de vie est estimée à 20 000 heures, pour une consommation réduite à 0,5 W en veille et un niveau sonore de 33 dBA en crête, dans la veine des projecteurs actuellement sur le marché.

A l’image d’Asus et Casio, Acer a opté pour un ratio de restitution à 16:10 en natif, jusqu’en Full HD (1920 x 1280 pixels), via une entrée HDMI couplée à une interface Display Over USB. L’on notera, en outre, ce connecteur universel à 24 broches et ce port A/V composite.

L’application mobile MobiShow, disponible sur iOS et Android, gère l’interaction sans fil avec les tablettes et les smartphones, pour en déporter l’affichage en temps réel, moyennant l’acquisition d’un module proposé en option.

Indéniable avantage pour ce produit au gabarit réduit (12 x 11,6 x 4,4 cm), le taux de luminosité atteint les 300 lumens, idéal pour une utilisation dans des environnements surexposés.

En outre, Acer étonne à l’heure d’encenser un contraste fixe à 10 000:1, alors que le commun des pico-projecteurs plafonne davantage à 3000:1.

Voulu plus mobile et moins énergivore que ses prédécesseurs, le K130 pâtit néanmoins d’une focale limitée, de l’absence d’une mise au point automatique et d’une surface d’affichage restreinte à 1,4m.

Pour compenser un tant soit peu la faiblesse de l’optique, le rapport de restitution permet de minimiser le recul de l’appareil et donc d’obtenir des meilleurs angles de projection : 60 degrés à 1,9 m de distance ; 100 degrés à 3,2m.

Le produit devrait s’afficher aux alentours des 600 euros TTC à sa sortie. A titre comparatif, le XJ-M140 de Casio (999 euros TTC) joue sur la 3D immersive, conserve le VGA et passe à 2500 lumens… pour une consommation maximale de 200 W.

Avec son P1, proposé à 459 euros TTC, Asus offre une alternative moins onéreuse mais limitée au 1280 x 800, pour un contraste fixe à 2000:1.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur