Le W3C rêve d’un Web polyglotte

Cloud

Le World Wide Web Consortium publie une ébauche d’un langage pour développer
des applications vocales multilingues sur le Web.

En dévoilant sa première version publique fonctionnelle de la spécification SSML (Speech Synthesis Markup Language) 1.1, le World Wide Web Consortium (W3C) espère encourager la prise en charge d’applications vocales multilingues.

Le W3C estime que, d’ici un délai de trois ans, la Toile contiendra bien plus de contenu notamment en langues chinoise et indienne.
Le consortium a ajouté que, dans bon nombre de régions où ces langues sont couramment parlées, la population peut accéder plus facilement à Internet en utilisant un téléphone mobile moins coûteux qu’un ordinateur de bureau. Selon ses estimations, le nombre de téléphones portables dans le monde est dix fois plus élevé que celui des ordinateurs personnels dotés d’une connexion à Internet.

Avec une spécification SSML améliorée, les utilisateurs du monde entier pourront bénéficier d’une meilleure possibilité d’écoute de voix synthétisées grâce à leur téléphone portable, leur ordinateur de bureau ou d’autres appareils. Cette synthèse vocale atteindra la portée de l’informatisation et de l’information dans presque tous les coins du globe, estime le W3C.

Le langage SSML 1.1 améliore la version SSML 1.0 antérieure en prenant en charge un plus grand nombre de conventions et de pratiques dans les langues du monde entier. Une nouvelle fonction permet de clarifier les ?limites des mots? dans les langues. Comme le fait de ne pas placer d’espace entre chaque mot dans une phrase. C’est le cas pour le chinois, le thaï et le japonais.

SSML 1.1 permet de faire référence à des alphabets de prononciation spécifiques en fonction des langues, en clarifiant la relation entre la voix spécifiée de l’auteur et le langage effectivement parlé.

Le nouveau langage offre par ailleurs un meilleur contrôle sur l’activation du lexique et l’utilisation des entrées, et comporte des fonctions facilitant l’intégration avec les spécifications Speech Interface Framework existantes et futures.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 15 janvier 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur