Le Web au chevet de Steve Jobs

Mobilité

L’intervention chirurgicale de Steve Jobs a ému la Toile. Les témoignages de sympathie se mêlent aux remarques déplacées. Un blog recueille les témoignages.

La nouvelle de l’intervention chirurgicale réalisée sur le patron d’Apple et de Pixar n’a pas manqué de soulever son lot d’émotion sur la Toile. Steve Jobs a été opéré durant le week-end du 1er août, d’une forme rare du cancer du pancréas qui peut être guérie par une opération chirurgicale. La communication de cette information et le diagnostique post-opératoire positif ont ému les fans de Mac autant que les observateurs de l’industrie. La réaction de la communauté financière n’a évidemment pas tardé : le titre Apple qui avait atteint près de 33 dollars le 30 juillet 2004 était retombé légèrement au-dessus de 31 dollars mardi 3 août 2004. Il faut dire que le secret avait été bien gardé, à l’heure où la santé des dirigeants d’entreprises est observée de près. La question qui brûlait les lèvres des observateurs de l’industrie lundi 2 août concernait l’avenir des deux firmes et surtout d’Apple, sans Steve Jobs. Ceux-ci le crédite du rétablissement de l’entreprise et de la stratégie d’enrayement de pertes, mais aussi de reprise de parts de marché observée ces derniers mois (voir édition du 2 août 2004). Une tendance qui s’explique par l’utilisation de la “solution musique” de la firme, basée autour de l’iPod et d’iTunes (voir édition du 28 juillet 2004). Jobs, qui caracole en tête du classement des chefs d’entreprises américaines, reste une figure emblématique de la Silicon Valley, et l’un des patrons visionnaires les plus suivis. Sa disparition serait considérée comme un élément invalidant pour Apple.

C’est aller un peu vite en besogne : la firme dispose d’une équipe solide depuis des nombreuses années, comme Avadis Tevanian (voir édition du 21 août 2000) ou Bertrand Serlet (voir édition du 9 octobre 2003). Ce sont d’ailleurs ces équipes qui guident les choix stratégiques d’Apple. Celle-ci fait appel aussi bien à des innovations internes qu’à des découvertes de l’industrie. La plupart des technologies intégrées aux ordinateurs de la firme sont en fait le fruit de recherches de laboratoires externes depuis le tournant du millénaire. Apple a presque totalement perdu son syndrome d’utilisation de technologies propriétaires pour se reposer principalement sur l’Open Source et les composants standards grâce au savoir-faire d’intégration de ses équipes. Malgré l’alarmisme prépondérant sur la Toile, la succession de Jobs reste une question très prématurée.

Les sympathisants d’Apple ne sont pas entrés dans la querelle d’homme, préférant chercher à envoyer des témoignages de sympathie. Dès le 2 août, les questions fusaient sur les forums des sites spécialisés : “où peut-on envoyer des cartes de prompt rétablissement” demandait ainsi un internaute, tandis que d’autres formaient des voeux en ligne. C’est cette formule qui a été retenue : un site les collecte désormais, avant de les faire parvenir d’ici à fin août au QG d’Apple à Cupertino. DearSteve.net, conçu par un inconnu – Varen Swaab – pour remercier Steve Jobs de l’avoir un jour conseillé dans la gestion de sa PME, réunissait près de 240 messages de sympathie issus de toutes les parties du monde, mercredi 4 août 2004 à la mi-journée. Le site reprend comme modèle l’e-mail envoyé par le patron d’Apple à ses collaborateurs pour les informer de sa maladie, et s’engage à envoyer les bonnes feuilles pour son retour à Cupertino. Cette initiative est la première de ce type pour une personnalité sur Internet. Une novation supplémentaire à mettre au crédit de Jobs ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur