Le WebTouch met Internet à portée du grand public

Régulations
Information - news

Attendu depuis plusieurs mois, le téléphone Internet d’Alcatel sera commercialisé à partir du 15 octobre. Livré avec un abonnement gratuit à Internet, ce successeur du Minitel permet de surfer sur le Web et d’utiliser l’e-mail. Problème : son prix élevé suscite encore les réserves de France Télécom.

Après une longue gestation, le WebTouch d’Alcatel sera prêt pour un décollage commercial à partir de la mi-octobre. Le téléphone Internet devrait être distribué partout en France par plusieurs chaînes de magasins, à commencer par Darty. En effet, l’appareil sera livré avec deux offres d’abonnements Internet gratuits : LibertySurf du groupe KingFisher/Darty et l’offre Wanadoo sans abonnement de France Télécom (qui revient à 45 centimes TTC la minute).

A quoi ressemble l’appareil ? Sous un habillage bleu ou gris au choix, il recèle un écran couleur et tactile de 7,5 pouces et un modem 33,6 Kbps, avec un poids total qui dépasse de peu les trois kilogrammes. Un clavier rétractable est accessible sur le bord inférieur de la façade avant, sur laquelle on trouve un clavier de numérotation traditionnel pour la téléphonie et des touches de raccourci pour l’utilisation du Web. Sur l’écran tactile, qui n’est capable d’afficher que 256 couleurs en VGA, une pression du doigt permet d’accéder directement vers un bouquet de sites, à savoir le site Wanadoo, le moteur de recherche Voilà de France Télécom, le site de la SNCF pour une réservation de billet en ligne, Iti.fr pour choisir son trajet automobile, Cinefil.fr pour les loisirs et Meteoconsult.fr pour savoir s’il pleuvra lors de votre promenade dominicale. Un agenda permet d’intégrer 200 fiches de coordonnées téléphoniques (contre 1000 fiches prévues auparavant) qui peuvent être associées à des URL. On retrouve plusieurs fonctions avancées qui équipent les appareils traditionnels (mode mains-libres, durée des appels, etc.). Le gestionnaire d’e-mails est compatible avec les protocoles de messagerie SMPT, POP et IMAP4 et l’on pourra consulter -sur le Web ou en pièce jointe à un courrier- différents types de formats (Gif, Jpeg pour l’image, WAV et AU pour le son) indispensables pour le Net. Le navigateur est optimisé pour le langage Java et accepte les protocoles HTTP 1.1, HTML 3.2, les frames (bordures) des pages Web ainsi que le standard de sécurisation des informations HTTPS SSL3. Un espace de 80 Ko est réservé aux cookies, et l’on retrouve évidemment l’incontournable fonction Minitel.

Même s’il ne permet pas de surfer sur le Net avec le même confort que sur un micro-ordinateur standard, le WebTouch d’Alcatel est susceptible de séduire les personnes qui se réfèrent souvent aux mêmes services en ligne ou qui préfèrent éviter, par souci de simplicité, l’usage d’un PC. Reste que le prix prohibitif pourrait freiner sa diffusion : Alcatel annonce un tarif de 3390 francs TTC pour le pack WebTouch couplé à l’Internet gratuit. Refroidi par le coût “excessif” du terminal, France Télécom n’a pas souhaité s’associer à Alcatel pour commercialiser ce téléphone Internet sous sa marque.

Cela dit, l’arrivée de terminaux concurrents devrait contribuer à tirer les prix vers le bas. Matra Nortel prévoit notamment de lancer d’ici quelques semaines le Tel@phone. Autre exemple, Toshiba va proposer aux développeurs une nouvelle architecture Risc mariée au système d’exploitation allégé Windows CE de Microsoft. Elle devrait permettre la création de nouveaux appareils cumulant les fonctions téléphone et Internet.

Pour en savoir plus : Le WebTouch d’Alcatel


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur