Le Wi-Fi se développe sur les quais de gare

Mobilité
Information - news

Cegetel a signé un accord avec la SNCF pour couvrir les 50 plus grandes gares en Wi-Fi. Parallèlement, l’expérimentation sur une ligne TGV a été suspendue en raison de problèmes techniques.

A la suite de l’expérimentation Wi-Fi menée dans six gares de France (dont Paris-Montparnasse, Bordeaux et Lyon) depuis avril 2003, Cegetel transforme l’essai en signant un accord de cinq ans avec la SNCF concernant le déploiement de points d’accès (hotspots) dans les 50 plus grandes gares françaises. D’ici octobre, les principaux carrefours (*) de voyageurs (l’équivalent de 600 millions de visiteurs par an) seront couverts par le réseau d’accès Internet haut débit sans fil. Ni la SNCF ni Cegetel n’ont communiqué sur le montant de cet accord.

Bataille de chiffres

L’opérateur télécoms prend en main la majeure partie des développements liés à ce chantier Wi-Fi : investissement réseau, conception, exploitation et maintenance. Cegetel affirme disposer ainsi du “plus grand ensemble de hotspots Wi-Fi en France”. Une position qu’Orange pourrait contester : au dernier pointage, l’opérateur mobile affiche 3 000 hotspots déployés dans cadre de son programme Wifi Access.

A travers le réseau Wi-Fi mis à la disposition des voyageurs dans les gares, Cegetel compte ouvrir l’accès à l’ensemble des opérateurs intéressés : les fournisseurs d’accès Internet sans fil (WISP) ainsi que les opérateurs fixes et mobiles. SFR, la branche mobile de Cegetel, a déjà pris position dès 2003 en commercialisant ses premières offres Wi-Fi.

Le Wi-Fi instable à grande vitesse

Parallèlement à l’accès Wi-Fi sur les quais, la SNCF s’est également intéressée l’année dernière à des services Wi-Fi embarqués dans les trains. Une expérimentation baptisée Clic TGV a débuté à la mi-2003 pour une durée de six mois sur la liaison Paris-Bordeaux-Pau. Mais elle ne fera pas l’objet d’un développement commercial : le projet a été suspendu pour des raisons “d’instabilité de la couverture Wi-Fi dans les trains à grande vitesse en situation de mobilité”, selon la SNCF.

(*) Liste des 50 gares concernées : Aéroport CDG2 TGV, Aix en Provence TGV, Amiens, Angers St-Laud, Avignon Centre, Bordeaux St-Jean, Caen, Cannes, Grenoble, Chambery Challes les Eaux, Clermont Ferrand, Dijon Ville, Lille Europe, Lille Flandres, Limoges Bénédictins, Valence TGV, Le Mans, Lyon Part Dieu, Lyon Perrache, Lyon St-Exupéry, Marne la Vallée Chessy, Marseille St-Charles Monaco Monte Carlo, Montpellier, Metz Ville, Nancy Ville, Nîmes, Nice Ville, Nantes, Orléans, Paris Nord, Pau, Paris Austerlitz Paris Est, Paris Montparnasse 1 &2, Paris Gare de Lyon, Paris St-Lazare, Poitiers, Reims, Rennes, Rouen Rive Droite, Mulhouse Ville, St-Etienne Chateaucreux, Strasbourg, Toulon, Toulouse Matabiau, Tours, Valence Ville, Valenciennes, Versailles Chantiers.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur