Le WiMax, une technologie à risque à traiter comme le Wi-Fi

Mobilité

Selon ABI Research, le WiMax comporte, en dépit des apparences, un certain
nombre de vulnérabilités à ne pas négliger.

Avant même que la très attendue technologie de réseau sans fil WiMax n’ait réellement fait surface, les experts du secteur télécoms mettent en garde les utilisateurs contre ses problèmes de sécurité spécifiques.

Selon le cabinet d’études ABI Research, les utilisateurs ne se doutent pas que la technologie WiMax présente “un certain nombre de vulnérabilités en termes de sécurité“.

On dit que quiconque ne tire aucune leçon de ses erreurs passées est condamné à les reproduire“, a déclaré Stan Schatt, en qualité de vice-président d’ABI. “Les premiers utilisateurs du Wi-Fi ont ressenti un faux sentiment de sécurité qui les a finalement abandonnés à l’annonce de certaines vulnérabilités activement exploitées.”

Le Forum WiMax a vanté les mérites de la technologie WiMax, la présentant comme une solution bien plus sécurisée que le Wi-Fi. Aussi certains clients WiMax sont-ils aujourd’hui enchaînés de la même manière à un sentiment de sécurité infondé.” Stan Schatt pense que les failles devraient commencer à faire surface dès les premiers grands déploiements de la technologie WiMax.

On distingue dans le WiMax trois catégories de vulnérabilités : les terminaux utilisateur, la détection des intrusions et les réseaux de services de connectivité. Les terminaux utilisateur doivent accélérer leur capacité de cryptage pour pouvoir satisfaire aux exigences de traitement Advanced Encryption System (AES).

En outre, les réseaux de services d’accès associés aux réseaux WiMax constituent pour les fournisseurs un endroit idéal pour y ajouter des solutions logicielles et matérielles de détection et de protection contre les intrusions.

Dans le cadre des applications back-office des opérateurs, les réseaux de services de connectivité nécessitent un logiciel pare-feu performant ou des matériels pare-feu robustes de même que des serveurs Radius supplémentaires pour pouvoir assurer la charge supplémentaire imposée par les clients itinérants en termes d’authentification WiMax“, ajoute ABI dans son rapport.

L’étude précise qu’à l’exception d’une poignée de grandes entreprises telles que Motorola, Nortel ou Alcatel, peu de fournisseurs WiMax disposent de l’expertise en interne nécessaire à combler ces lacunes.

Cependant, ABI a laissé entendre que ce problème de support de sécurité offrait aux développeurs spécialisés de moindre envergure une occasion unique de créer et de fournir des solutions. “Dans une certaine mesure, les spécialistes de sécurité du WiMax tenteront de vendre leurs solutions directement à l’utilisateur final”, a déclaré Stan Schatt.

L’expérience du Wi-Fi nous a appris que ces produits étaient plus attractifs pour le client lorsqu’ils présentent un excellent niveau d’intégration. La plupart des solutions de sécurité WiMax seront par conséquent offertes dans le cadre de partenariats avec des fournisseurs d’équipements WiMax”, commente l’expert télécoms d’ABI Research.

“Comme les premiers prospecteurs de la ruée vers l’or californienne, les fournisseurs WiMax pourront faire fortune ou non. Mais, comme les marchands qui approvisionnaient les mineurs en pioches, pelles et autres accessoires nécessaires, les fournisseurs d’outils de sécurité WiMax – des entreprises telles que Cavium Networks, AirTight Networks et Redline Communications ? ont quant à eux toutes les chances de rencontrer la prospérité.“, commente le représentant du cabinets d’études IT.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 9 janvier 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur