Leboncoin prépare un outil de messagerie instantanée pour ses membres

Apps mobilesManagementMarketingMobilité
antoine-jouteau-leboncoin-marketing-mobile

Mobile Marketing Forum Paris : Antoine Jouteau, CEO du portail Leboncoin (petites annonces), a détaillé le virage mobile pris en accéléré il y a deux ans.

Leboncoin, la populaire plateforme de petites annonces qui vient de fêter ses dix ans, est en train de tester une fonction de messagerie instantanée pour favoriser les interactions entre vendeur et acheteur.

Invité au Mobile Marketing Forum Paris organisé le 1er décembre, Antoine Jouteau, CEO de la société Internet (filiale du groupe média norvégien Schibsted), a précisé que les premiers tests ont été menés dans ce sens.

« On attend trois à cinq millions de messages par jour », évoque le dirigeant du portail. De quoi devenir un mastodonte dans le segment de la messagerie instantanée assez rapidement.

« Nous ne disposons pas de moyens de paiement : nous sommes jugés sur l’instantanéité de la mise en relation. » C’est aussi une manière de garder la main sur la chaîne d’interaction. « Une partie de nos utilisateurs basculent la discussions sur WhatsApp. On ne peut pas accepter cela », déclare Antoine Jouteau.

Avec un nouveau département R&D qui permet de tester des « technologiques de disruption » (notamment l’usage de bots), l’innovation va monter en puissance en interne.

Une manière de riposter à la montée en puissance de concurrents sur son segment comme Facebook à travers sa nouvelle marketplace qui fait la part belle aux petites annonces de proximité (disponible aux Etats-Unis mais pas en France).

Tout comme le réseau social, Leboncoin est devenue une « mobile company ». Certes, l’audience est plus modeste et concentrée sur la France : plus de 25 millions de visiteurs uniques par mois. Mais c’est une belle performance pour une société qui est passée de 4 personnes en 2009 à 500 en 2016. Le service en ligne doit absorber 800 000 nouvelles annonces par jour.

« Les développements sont tournés vers l’ultra-local », précise le directeur du portail. 80% des transactions sont bouclées dans un rayon de 30 kilomètres ». 25% des contenus sont « géolocalisés ».

« On est de moins de moins appelés ‘site de petites annonces’ mais plutôt un site média », commente Antoine Jouteau lors du MMFP. « Notre ADN est de fournir le meilleur service au quotidien pour les Français. »

Le volet emploi & recrutement prend tellement d’ampleur sur la plateforme que la société Internet regarderait comment exploiter des actifs de Viadeo (le réseau social professionnel en redressement judiciaire), selon Les Echos.

Cross-devices avec la priorité donnée au mobile

Désormais, deux tiers de l’audience est réalisée sur le mobile. « La bascule a eu lieu il y a deux ans. On n’était pas prêt à l’époque. Il y a eu une accélération très forte à l’époque », se rappelle le dirigeant en témoignant devant l’assistance des pros du marketing mobile.

« On a décidé de faire un grand virage et de changer notre transformation interne. Il faut arrêter de dire que l’on fait du mobile : c’est du cross-devices avec la priorité donnée au mobile. »

Entre l’application mobile ou le site Web mobile (responsive seulement depuis 2016), Antoine Jouteau a du mal à privilégier un canal par rapport à un autre. « Les deux sont des priorités. J’ai un devoir de fournir un service universel. On développe tout en même temps, même s’il est difficile d’être agile dans le responsive et s’il y a une plus grosse partie technique sur le volet app. »

Antoine Jouteau se montre fier du chemin accompli en représentant une « entreprise profitable et très rentable » qui a basé son modèle sur la publicité.

Le CEO reçoit régulièrement des sollicitations d’éditeurs tiers qui cherchent à exploiter les données d’audience du portail à des fins marketing. Pour l’instant, la société s’y refuse mais pendant combien de temps ?

Le dirigeant aime rappeler qu’il compte maintenir les développements en France, « comme les impôts ».  Selon un récent article du Figaro, Leboncoin a payé en 2015 une trentaine de millions d’euros d’impôt sur les bénéfices, « soit plus que ceux payés par Facebook, eBay et Airbnb réunis ».

Pourtant, il existe des points communs. « On participe à un mouvement autour de l’économie collaborative. Si on peut jouer un rôle petit dans l’économie, on prend le courant et on l’accompagne », évoque Antoine Jouteau en conclusion de son intervention au MMFP. Au nom d’une « vision pragmatique des choses ».

(Crédit photo NetMediaEurope : Antoine Jouteau (Leboncoin) à gauche avec Alexis Bonillo (Zenly) à droite)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur