L’Education nationale relance l’opération MIPE

Mobilité

Une quarantaine de modèles d’ordinateurs portables est proposée cette année avec des tarifs compris entre 750 et 2 250 euros.

C’est reparti : l’opération “micro-portable étudiant” (MIPE), qui vise à faciliter l’équipement informatique des étudiants, est lancée pour la deuxième année consécutive. Encouragé par le succès rencontré l’année dernière, le ministère de l’Education nationale n’a pas hésité à relancer l’opération qui entrera en vigueur le 28 septembre. Comme l’année dernière (voir édition du 28 septembre 2004), elle est réservée aux étudiants post-bac.

Le principe est toujours le même : proposer, à des conditions financières avantageuses, des ordinateurs portables qui répondent à un cahier des charges précis. Les machines doivent notamment permettre la communication en réseau à travers le Wi-Fi (support des normes 802.11a/b/g) et filaire (par l’intermédiaire d’un modem bas débit ou à partir d’une connexion en Ethernet, deux éléments désormais standards). “La maîtrise et l’usage des nouvelles technologies de l’information sont des nécessités culturelles et économiques”, explique le site dédié à l’opération. L’objectif étant de passer de 8 à 16 % des étudiants équipés, puis à 25 % en 2006.

Un tiers des équipés ont contracté un prêt

Plus de 40 modèles de portables sont proposés par neuf constructeurs (Apple, IBM, Packard Bell, Toshiba, NEC, Dell, FGI, Asus et Fujitsu Siemens) mais aussi des distributeurs et enseignes spécialisées. Si Intel se taille la part du lion avec ses Pentium M et Celeron M, on trouve également quelques plates-formes AMD (Turion et Sempron) ainsi que des PowerPC IBM pour les PowerBook d’Apple. Les fréquences des processeurs s’étendent de 1 à 2 GHz, la mémoire vive de 256 Mo à 1 Go et les capacités des disques dur montent jusqu’à 100 Mo (voire 160 Mo pour l’Amilo M3438G de Fujitsu Siemens). Deux modèles (le Dell Latitude 110L et le XBook XB7 chez FGI) sont équipés du système Linux. Les autres sont tous sous Windows XP, à l’exception des machines Apple évidemment.

Quant aux tarifs, ils s’étendent de 759 à 2 269 euros. Les prêts sont consentis par les organismes bancaires à partir de 1 000 euros d’achat avec des mensualités qui commencent à 30 euros. Pour autant, le slogan “1 portable, 1 euro par jour” n’a pas été repris. De plus, les six banques partenaires restent libres d’appliquer les taux d’intérêts de leur choix. N’hésitez pas à les comparer et à négocier. De même, il sera judicieux de comparer les prix des portables proposés avec ceux de machines dotées d’une configuration équivalente mais ne figurant pas dans la liste de l’opération. En 2004/2005, sur les plus de 100 000 étudiants qui avaient profité de l’opération, environ un tiers (32 000) avaient contracté un prêt bancaire.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur