Lending Club : le contexte s’alourdit avec un problème technique

BourseEntreprise
2 2

Lending Club a connu une brève interruption de service cette nuit. L’incident intervient dans un contexte incertain sur fond de rumeurs d’OPA.

Nuit agitée pour Lending Club.

Des investisseurs se sont alarmés d’une éventuelle fermeture de la plate-forme de prêts P2P… qui a finalement expliqué, vers 1 h du matin à Paris, que l’inaccessibilité de son site Internet était due à une panne de datacenter.

On n’en sait, pour l’heure, pas plus sur les circonstances de cette interruption de service. Sinon que l’incident intervient dans un contexte délicat.

lending-club-oups

Lending Club vient en effet de pousser son fondateur Renaud Laplanche vers la sortie, notamment à cause d’un dossier de prêts mal géré sur les questions de solvabilité des emprunteurs.

L’audit réalisé dans ce dossier a permis de détecter une autre infraction : l’ex-dirigeant et plusieurs de ses collaborateurs n’avaient pas informé le board qu’ils étaient actionnaires d’un fonds tiers dans lequel Lending Club souhaitait mettre ses billes.

Effectif en date du 9 mai 2016, le départ de Renaud Laplanche a fait réfléchir les investisseurs, dont un certain nombre ont suspendu leur souscription de prêts, d’après un document transmis à la SEC (Securities and Exchange Commission, gendarme des marchés financiers aux États-Unis, où Lending Club est coté en Bourse).

Des actionnaires de poids se sont par ailleurs désengagés. Illustration avec la société d’investissement britannique Baillie Gifford & Co., qui détenait 9,1 % du capital au 31 mars 2016… et qui a revendu toutes ses actions depuis lors – sachant toutefois que dans le même temps, le fonds singapourien Shanda Group a pris une participation de 11,7 %.

La situation est d’autant plus instable que Renaud Laplanche préparerait, d’après Reuters, une OPA en concertation avec plusieurs banquiers et sociétés d’investissement.

Autant d’éléments – additionnés d’une enquête menée par le département américain de la Justice – qui ont poussé Lending Club à reporter son assemblée générale annuelle du 7 au 28 juin 2016, le temps de pouvoir « fournir aux actionnaires un bilan suffisamment complet ».

Parallèlement à cette annonce, l’entreprise FinTech revoit à la hausse ses taux d’intérêt pour se rendre plus attractif auprès des prêteurs. Tout en resserrant l’étau sur les emprunteurs, par exemple en abaissant à 35 % le ratio dette sur chiffre d’affaires toléré.

lending-club-taux

Lending Club affiche aujourd’hui une capitalisation d’environ 1,68 milliard de dollars, loin du seuil des 10 milliards brièvement atteint après l’IPO de décembre 2014.

Crédit photo : page Facebook de Lending Club


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur